AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come break me Down • Angel & Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Come break me Down • Angel & Gabriel   Dim 3 Juil - 17:10

« Tout à coup, le monde l'entourant lui semblait si sombre, si lugubre. L'air était sec, et pesant. La poussière comblait ses poumons. Une odeur âpre de sang glissait dans ses narines jusqu'à son estomac, lui tordait le cou et lui donnait une envie irrépressible de vomir. Oppressée par cette obscurité maléfique, Alyce tenta de s'en extirper. Mais elle était incapable de bouger. Ses membres ne répondaient pas aux appels de son cerveau, c'était à peine si ses pieds acceptaient de se mouvoir. Il lui semblait avoir à peine assez de place pour les soulèvement de sa poitrine lorsqu'elle se forçait à inspirer un peu de cet air rebutant. Paralysée, elle ne voyait pas d'autre option que d'attendre. Elle tenta de se remémorer par quel moyen elle était arrivée ici, et se trouver quel était ce « ici » dans lequel elle se trouvait. Son esprit embrumé par des doutes et l’apparition de la panique l'empêcha de réfléchir. De plus, cet air, comme dépourvue d'oxygène, empli d'un esprit de mort, s'infiltrait dans ses poumons sans pour autant lui donner l'impression de respirer. Elle toussa à de nombreuses reprises. Elle n'osait même pas ouvrir les yeux ; lorsque ses paupières s'ouvraient, elle découvrait ce néant qui l'entourait, uniquement du noir d'encre, et sa pupille était agressée par des centaines de petites particules inconnues. Plus le temps passait, plus elle se demandait si elle n'était pas morte. Alors, elle s'efforça de bouger sa main qui répondait enfin à son contrôle. Elle frotta de sol rugueux du bout de l'index, avec rapidité et vigueur, jusqu'à ce que le doigt ne lui brûle atrocement et qu'un bout d'elle ne savait quoi s'enfonce dans la petite plaie ainsi crée. Non, elle n'était pas morte. Mais alors, que se passait-il ? Des minutes longues comme des heures passèrent jusqu'à se qu'elle recouvre l'entière possession de son corps engourdi. Une seule idée l'obsédait : elle devait sortir d'ici, à tout prix. Si elle n'était pas morte, alors son chez-elle l'attendait quelque part. Loin d'ici. Cet « ici » dont elle ne savait rien.
Une implacable douleur au creux de son cou se fit ressentir. Sa peau pâle, souillée par de grandes traces rouge, semblait bouillir juste sous l'épiderme. La plaie saignait encore abondamment, le liquide vital s'échappait avec les secondes. Ses doigts se posèrent sur cette partie de son corps qu'elle avait jusqu'alors vivement protégé ; quelle était cette douleur, cette blessure ?
Ses mains partirent à l'exploration des alentours, glissèrent sur le sol et trouvèrent des parroies, tandis que ses pieds cherchaient appui. Ses mains trouvèrent une surface juste face à elle, à quelques centimètres de son visage, et ses chaussures frappèrent plusieurs fois sur un mur à ses pieds. Elle tenta de les pousser, avec toute sa volonté, mais n'y parvint pas. Son cœur s'emballait. La Panique. De ses poings, elle frappait le bois. Ses pieds martelaient le fond de la boîte, faisant s'infiltrer la terre à chaque coup. Un cri lui échappa. Le Désespoir.
Mais qui entendra une jeune femme se débattre six pieds sous terre ?»


Puis quelques pages blanches et la table des matières. En tout, le manuscrit faisait aux alentours de deux cent pages. Dix mois de travail, et autant de maigre repas, de manque de sommeil et de Soleil, troqués contre des recherches qui menèrent jusqu'au cœur même du monde retranscrit. C'était ainsi que Gabriel avait terminé son livre, sans plus d'aide de qui que ce soit. Une fin lugubre, soit. Une fin criminelle, cruelle. La fin adéquate.

Deux manuscrits imprimés trônaient sur le bureau de l'accueil du Mystic Book, avec un bout de papier déchiré sur lequel était noté à la va-vite : « Pour Angel. Comme promis. Gabriel. ». Le jeune homme était passé tel un courant d'air déposer ces imposants tas de papier, et était immédiatement reparti. L'un était le roman, enfin terminé. L'histoire d'Alyce, journaliste, dont l'enquête sur d'étranges meurtres mèneront à suivre la piste des Vampires. Elle s'avérera être le véritable sosie de la créatrice des Vampires, une ressemblance qui la mènera à sa perte. Une histoire qu'aimait particulièrement l'auteur. L'autre manuscrit était une thèse, presque un mémoire, sur les Vampires et ce qu'avait vécu le jeune homme durant l'écriture du roman. Jusqu'à il y a quelques mois, il hésitait à l'inclure à la fin du roman, ou à le soumettre en tant que livre à part. C'était un projet dont il n'avait parlé à personne, la clé, pensait-il, le récit comprenant toutes les preuves irréfutables, clichés, notes, témoignages, appuyant ses thèses précédentes, ou le moyen de retrouver le respect de la communauté. Aujourd'hui qu'il l'avait terminé, il ne tenait plus à ce que cela soit lu par qui que ce soit. Le monde Magique était un monde dangereux, trop dangereux, aussi impitoyable que celui des Humains, mais à plus vaste échelle. Personne, dont le destin même n'était pas de découvrir par lui-même ce monde, ne devait y être initié. L'exemplaire sur la table était l'unique qui existait.

***

Gabriel s'était promis de finir ces écrits avant toute autre chose. Et maintenant qu'il avait terminé son œuvre, il devait se consacrer à autre chose. Pour lui, la question du « quoi » ne se posa même pas, et après quelques semaines de repos bien mérité, il rendit visite à sa sœur. Il tomba sur son mari.
« Je viens voir Alyce, est-ce qu'elle est là ?
- Non, désolé. Je peux faire quelque chose pour toi ? »
Après une courte hésitation, Gabriel se décida à lui demander ;
« Est-ce qu'Alyce t'as déjà parlé 'en détail' de notre enfance ? »
Il fut étonné de savoir que la réponse était oui. Etonné et honteux, de savoir que quelqu'un d'autre était au courant de leur internement, il y a de nombreuses années de cela. Pourtant, il aimait Alyce, il l'avait épousé... Enfin, Gabriel se dit que cet homme pouvait être quelqu'un de bien. Ils passèrent au salon.
« Et de mes recherches ? Elle t'en a parlé ? »
La réponse fut à nouveau oui. Et finalement, cet homme dont s'était tant méfié Gabriel lui avoua la grande inquiétude de sa sœur, mais aussi la raison pour laquelle s'inquiétait. La vraie raison. Il expliqua que ses soit-disant délires sur les Sorciers étaient vrais, ce que le jeune homme savait, mais surtout qu'Alyce était une Sorcière, tout comme lui, et Gabriel. Celui-ci resta bouchebé. Un long silence s'installa entre les deux hommes. Gabriel avait du mal à accepter que sa propre jumelle lui avait caché se détail de sa vie. Alors qu'elle savait que lui aussi était aussi Sorcier qu'elle. Tout du moins, qu'il pourrait l'être. Et si c'était elle qui avait bridé ses capacités ?
« Nous pensons que votre véritable père était Sorcier, et que vous tenez vos pouvoirs de lui. Enfin, bien que la raison pour laquelle tu n'a pas développé les tiens reste un mystère, notre hypothèse est que ce soit aussi votre père qui en soit à l'origine. »
Le jeune homme avait horreur de la manière dont il avait de réunir sa sœur et lui dans le pronom « nous », mais il passait outre. Après quelques minutes de réflexions autour d'un café, Gabriel avait ressassé de nombreux éléments de son histoire, passée et plus proche. L'air plus décidé, il sembla qu'une ampoule rayonnante s'était allumée au dessus de sa tête lorsqu'il demanda :
« Qui peut les débrider ?
– N'importe quel Sorcier relativement puissant.
– Tu le peux ? »
Après une hésitation, il acquiesça. Un léger sourire de satisfaction apparut sur le visage de Gabriel. C'était exactement ce qu'il voulait entendre.

***

Il referma la porte de son appartement après lui, essuya ses pieds sur le tapis et posa ses clés dans le cendrier qu'il prévoyait à cet effet. Un soupir lui échappa. Il n'avait qu'une envie ; attraper son téléphone pour appeler Angel et tout lui dire. Mais non, il ne le pouvait pas. Ce n'était pas encore le moment. Un autre jour, peut-être...
Fatigué, le jeune homme conclut à la tête de déterré qu'il vit dans le miroir de son couloir d'entrée qu'une douche allait lui faire le plus grand bien. Ainsi, il se rendit dans la salle de bains. Il laissa l'eau couler le temps d'ôter ses vêtements. Déjà, une fine buée s'échappait de la cabine de douche et se mêlait à l'air, humidifiant l'air et se déposant sur le miroir. Lorsque Gabriel ferma la cabine derrière lui et sentit l'eau bouillante lui brûler la peau, il serra les dents. Etrange thérapie que la sienne, mais elle marchait pour le moment, depuis quelques semaines qu'il l'appliquait. Il avait passé des jours à réfléchir au pourquoi est-ce qu'il était devenu dépendant à cette drogue qu'était la morsure de Vampire, et au final il s'était dit qu'il n'était rien d'autre un vrai masochiste. La morsure était un acte érotique en soi dont le plaisir, se disait-il avec toute sa lucidité et sa franchise, n'était autre qu'un parallèle à l'acte sexuel. Et il avait rit nerveusement. Bien moins lorsqu'il continua son cheminement jusqu'à la conclusion suivante : une personne éprouvant du plaisir en ressentant de la douleur n'avait qu'un nom, le sien. Ainsi, rabaissant sa drogue à une attitude douteuse, il remédia à chaque envie de se faire mordre avec une autre douleur, en espérant qu'à force, il soit lui-même dégoûté du mal qu'il éprouvait. Plusieurs essais, comme aller à la recherche d'ennuis dans un bar, se couper, se brûler, et même s'adonner à des pratiques sexuelles auxquelles il n'aurait jamais pensé, entre autres, le menèrent à deux solutions quotidiennes et bien moins risquées. La douche brûlante, et le sport. Les courbatures, ça fait mal, surtout pour lui qui n'avait jamais été un grand sportif. Oui, c'était une étrange thérapie, et peut-être ne marchera-t-elle pas toujours. Car jusqu'alors il s'était tenu aussi loin que possible de June, et du moindre Vampire. Qu'adviendra-t-il lorsqu'il les côtoiera à nouveau ? Autant dire qu'il était impossible de le savoir tant qu'il n'était pas confronté à cette situation. Qui sait... Mais pourquoi voulait-il tant renouer avec le monde des Vampires ? Sa vie était tellement moins risquée, tellement plus calme, depuis qu'il s'en tenait éloigné. Et à vrai dire, il aimait ce train de vie. Mais il aimait bien plus Angel. Elle lui manquait terriblement.
Pas un jour ne passait sans qu'elle n'habite ses pensées, sans qu'il n'ai envie de la voir, de la toucher, la prendre dans ses bras, l'embrasser, entendre sa voix. Tendis que la morsure s'effaçait peu à peu de sa vie, la jeune femme prenait de plus en plus place dans son esprit. Il passait devant la librairie avec une boule au ventre. Un rien, un mot, un son, une odeur, une inscription, pouvait lui faire penser à elle, à un moment passé avec elle. Même au pire souvenir de tous, cette soirée où l'avait surprit se faisant mordre par June. Et alors son cœur se retournait dans sa poitrine, un réel dégoût de lui-même lui donnait envie de se frapper la tête contre un mur. Néanmoins, c'était ce souvenir qui le poussait à continuer. Se sevrer était une première étape, pas la plus simple. Mais il lui restait encore des efforts à faire avant de pouvoir revoir Angel et lui dire que cette fois, il sera capable de tout pour la garder.

Gabriel enclencha enfin l'eau froide. Après quelques réglages, l'eau trouva la bonne température. La peau de son dos était rougie ; l'eau froide fut comme une main sur un coup de soleil, mais il y était habitué désormais. Un quart d'heure plus tard, il sortait de la douche. Sa main empoigna une serviette. Qu'il avait mené à lui par la pensée. Il l'observa un long moment, les yeux exorbités, bouche entre-ouverte, la surprise se lisant sur son visage aussi clairement qu'il était possible. Il respirait à peine, le temps qu'il réalise enfin. Il porta la serviette à son visage, hésitant, et se sécha le visage. Cette fois, c'était décidé ; plus de retour en arrière n'était possible.

***

L'appartement était rangé. Oui, pour de vrai. Gabriel ne vivait plus dans un taudis d'adolescent. Le salon ressemblait à un salon, tout comme la cuisine semblait vivable et le bureau désinfecté à la javel. Dans la chambre, tout aussi clean, le jeune homme dormait encore. Étalé comme du Nutella débordant d'une tartine, positionné en étoile de mer en milieu et en travers du lit, la grâce incarnée, Gabriel ne s'attendait pas à avoir de la visite. On sonnait à la porte. Le temps que le son arrive à ses oreilles, puis que l'information arrive à son cerveau à peine mit en marche, que celui-ci la traite et arrive à le faire se lever, n'importe quel visiteur aurait conclut que l'appartement était vide. Mais pas celui-ci. Le jeune homme se mit sur pied, s'étira et baîlla à l'attention de l'anonyme visiteur un « j'arrive ! » digne d'un morse. Il se dirigeait vers la porte d'entrée lorsqu'il passa devant le miroir qui lui chuchota qu'enfiler en pantalon était peut-être la moindre des choses. Demi-tour à toute vitesse, il attrapa le premier jean qui lui tomba sous la main. Cette fois, c'est la bonne.
« Monsieur Prescot ?
- Ca dépend pour qui. »
La jeune femme sur le palier laissa transparaître un léger sourire timide. Lui se disait qu'il n'avait pas fière allure ; petite barbe de quelques jours, complètement décoiffé, même pas complètement habillé.
« Julie Camden, journaliste. J'aimerais vous poser quelques questions à propos de...
- D'habitude vous appelez pour prendre rendez-vous, non ?
- Vous ne répondiez pas au téléphone et je... »
En effet, peut-être que rebrancher le fixe après avoir rangé le salon aurait été une bonne idée.
Julie, jeune journaliste pour un journal en plein essor, avait trouvé qu'il était une bonne idée que de faire d'une pierre deux coups en écrivant une interview sur l'auteur de son nouveau roman favori, fraîchement sorti dans les librairies du pays, et en profitant pour compléter son article sur les meurtres de Wisteria Falls en donnant l'avis de l'écrivain à ce sujet, mêlant ainsi l'actualité à la culture. Une tarée. Mais Gabriel lui offrit quand même l'entretient qu'elle désirait tant. A vrai dire, il n'était pas habitué à un tel engouement, malgré le succès de ses autres livres. Et encore moins au regard envieux d'une jeune femme glissant presque par automatisme sur son torse nu. Découvrir que l'on plaît est toujours une chose étrange, presque dérangeant pour lui. Lui-même n'avait pas réalisé à quel point les heures de sport avaient un autre avantage que lui faire oublier les Morsures. Nouvelle carrure, nouvelle allure. Même son visage avait légèrement changé, moins creusé surtout, un avantage du fait de recommencer à manger normalement.
La journaliste quitta l'appartement quelques heures plus tard, en « oubliant » un bout de papier sur lequel était inscrit un numéro. Numéro de téléphone, sûrement le sien, découvrit Gabriel après de longues minutes de perplexité.

***

Un pas devant l'autre dans la forêt, Gabriel s'efforçait tant bien que mal d'éviter branches et orties. Il n'avait aucun sens de l'orientation, et pourtant il était intimement persuadé qu'il allait dans la bonne direction, celle du cimetière qui devait se trouver non loin de là. Il n'était pas friand de ces lieux, mais c'était le cœur qui le poussait à s'y rendre. Car voilà maintenant presque six mois que Gabriel s'est éloigné d'Angel. Et il avait fallu qu'il tombe, par hasard, sur un poème français dont le vers « Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps » l'interpella. Il s'était immédiatement levé de sa chaise, passant pour dérangé au milieu de la bibliothèque de l'Université. Oui, il ne pouvait rester loin d'elle plus longtemps...
Ses appels furent infructueux, elle ne répondait pas au téléphone. Et il n'osait pas frapper à sa porte. D'après Liam, elle était partie quelques temps, elle était étrange dernièrement, et elle avait soudainement disparu. Elle n'était pas à la librairie ce matin. Quand dix-huit heure sonna, Gabriel commença à désespérer de la trouver. Peut-être était-elle partie aussi loin que possible de lui... Peut-être ne la reverra-t-il jamais. Néanmoins, il ne pouvait pas se résigner à cela. Son cœur était vide de sa présence. C'était une tornade au fond de lui qui le poussait à ne pas baisser les bras. Armé de volonté plus que jamais, il chercha encore durant des jours. Et rien. Finalement, il se résigna. Quelques clics sur le net lui indiquèrent l'emplacement de la tombe de la défunte Angel Skypes-Ayrton. C'est ainsi qu'il décida de s'y rendre, espérant qu'un nom gravé sur une stèle serait un moyen pour lui de la retrouver en partie.

Lorsqu'il arriva dans le cimetière, il était tard. Il avait débuté son bout de chemin quand le Soleil piquait du nez à l'horizon. Désormais, il faisait nuit. Le ciel d'encre rendait ces lieux d'autant plus lugubres. Des restes de bouquets de fleurs reposaient face aux tombes, les fleurs étaient fanées, desséchées, les tiges repliées sur elle-même dans un papier malmené par le temps. Le sol était couvert par des années de feuilles mortes d'automne recouvertes par la neige de l'hiver et asséchées par de rudes étés. Le lierre régnait en maître. Le portail à demi-sorti de ses gongs grinçait comme des ongles sur un tableau noir. Gabriel entra dans le cimetière sans une hésitation et fit quelques pas, cherchant du regard la tombe d'Angel.
Il s'arrêta net. Face à lui, lui tournant le dos, il avait Angel en personne. Son cœur s'emballa, il se sentait soudain figé, incapable de bouger, de l'approcher, se demandant s'il se pouvait qu'elle ne soit qu’irréelle. Pourtant, ce n'était pas le cas. Son Empathie lui permettait de sentir ses émotions. L'absence d'émotions...

« Angel. » murmura-t-il doucement, comme pour qu'elle ne soit pas effrayée.

Mais peut-être l'avait-elle entendu arriver. Lui ne parvenait pas à faire le moindre pas de plus vers elle. Pourtant, il aurait aimé lui dire qu'il était désolé, qu'elle lui avait manqué, qu'il l'aimait tant. Rien. Il attendait seulement qu'elle se tourne vers lui. Qu'elle ne se tourne pas vers lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Lun 4 Juil - 19:24



Gabriel & Angel

Come break me Down

Une semaine s’était écoulée depuis qu’Angel était tombée sur Gabriel en train de se faire mordre par June. Pas une seule journée ne s’était passée sans que la jeune femme revoie cette image dans son esprit. Certes, elle ne ressentait plus la moindre douleur, mais ses pensées restaient hantées encore et toujours par cette même vision. Seule chez elle, Angel avait pris plusieurs décisions, dont celle de mettre un terme définitif à ses recherches concernant son âme. Bien évidement, Andy et Quinn n’approuvaient pas sa décision, mais c’était son choix et elles étaient en quelque sorte forcées de le respecter. Les deux jeunes femmes ignoraient tout de ce qui s’était passé, mais elles se doutaient que c’était suffisamment important pour qu’Angel renonce à l’objectif de toute une vie. Cette dernière avait tiré un trait sur son âme et ses deux amies respectaient son silence, tentant de la soutenir du mieux qu’elles le pouvaient. Installée dans son bureau, Angel faisait du tri dans les documents qu’elle possédait depuis de nombreux siècles. Feuilles volantes, livres, parchemin, tous ce qui concernait les recherches pour retrouver son âme, elle le prenait pour le mettre dans un gros carton. Tout y passait sans la moindre exception et sans la moindre trace de regret. Angel était déterminée à se débarrasser de ces documents devenus inutile, et une fois le carton plein, elle l’attrapa avant de le déposer dans un coin de son jardin. Il contenait l’intégralité de ses recherches, soit plus de 600 ans de travaille. Pendant plusieurs longues minutes, Angel fixa se carton, en réalisant le temps qu’elle avait passé à réunir son contenu. Elle avait voyagé à travers le monde pour en arriver là, mais à présent ses recherches prenaient fin. Sans plus attendre un seul instant, Angel attrapa une boite d’allumette dans la poche de son jeans avant d’en prendre une entre ses doigts. Son regard ne quittait pas le carton, et sans la moindre hésitation, elle craqua l’allumette avant de la jeter sur les documents que contenait le carton. Ce dernier s’enflamma, et peu à peu, son contenu commença à se consumer. Angel resta figée, regardant une partie de sa vie s’envoler en fumer. Son choix était fait, une nouvelle vie débutait.

-------------------------

« Le vol 645 à destination de Rome va amorcer son atterrissage. Veuillez redressez votre siège et rangez votre tablette. Merci de votre attention. »

Tranquillement installée en première classe, Angel écouta les consignes de l’Hôtesse de l’air en rabattant sa tablette. Après 9h de vol, son voyage allait enfin aboutir, et bientôt elle serait à Rome, une ville qu’elle aimait tout particulièrement et ou elle n’était pas revenue depuis plus de 60 ans. Changer d’air allé lui faire le plus grand bien, même si au fond elle venait ici dans un but bien précis. Prendre du recul n’était pas une raison en soit, non, elle avait une idée en tête qui expliquait pourquoi elle était partie si soudainement de Wistéria Falls. Quinn et Andy ne s’y étaient pas vraiment attendues, mais devant la détermination d’Angel elles n’avaient rien pu dire. Cette dernière avec donc pris le premier vol à destination de Rome, s’occupant seulement de prévenir Liam, au préalable, de son absence. Elle ignorait le temps que durerait son absence, mais elle savait qu’elle ne reviendrait pas tout de suite. Son voyage risquait d’être long, un concept sans importance lorsqu’on pouvait compter sur l’éternité pour prendre son temps. A présent que plus rien, si ce n’est Quinn et Andy, la rattachait à Wistéria Falls, Angel se sentait libre de faire ce que bon lui semblait sans penser au reste.

Cela faisait désormais 20 minutes que son avions s’était posé sur le sol italien, sans le moindre retard ou autre incident. Angel récupéra ses bagages avant de quitter l’aéroport pour s’engouffrer dans le premier taxi disponible. A l’intérieur, le chauffeur écoutait de la musique typiquement italienne et se mit à chantonner. Angel ne prêta pas attention à lui et se contenta de lui indiquer l’adresse de sa destination. Avoir plus de 600 ans et avoir voyagé toute sa vie avaient de gros avantages. Angel avait un pied à terre ici même, à Rome, et en attendant de rencontrer la personne qu’elle était venue voir, elle allait pouvoir s’installer dans un endroit ou elle serait en paix et surtout seule. Depuis ce qu’il s’était passé avec Gabriel, Angel avait veillait à s’isoler le plus possible. Elle ne se mêlait plus à la foule, de peur de le croiser, et finalement elle avait prit gout à cette nouvelle solitude qui était devenue sa douce compagne. Seule elle se sentait en paix, reposée et ne craignait pas de croiser une personne qui parviendrait à faire renaître en elle des sentiments qu’elle ne voulait plus jamais ressentir. C’était sa solution de facilité à elle, fuir ses sentiments et elle l’assumait parfaitement. Elle avait fait un choix et à présent aucun retour en arrière ne lui semblait envisageable.

-------------------------

Un mois venait de s’écouler et Angel se trouvait toujours en Italie. Ce soir elle s’apprêtait à rencontrer celui qui l’aiderait à aboutir dans son projet et qui parviendrait à la libérer totalement de ce poids qui ne la quittait plus. Bientôt le cauchemar prendrait fin, ce qui n’était pas pour déplaire à Angel, même si à des milliers de kilomètres de Gabriel, tout risque de replonger dans la tourmente était inexistant. Tôt ou tard, le moment de retourner à Wistéria Falls arriverait, et la jeune femme voulait être prête lorsque cela arriverait. Pourquoi ? Pour ne pas souffrir, mais surtout pour maintenir Gabriel éloignait d’elle et de ce monde auquel elle appartenait. Ne plus l’aimer faciliterait les choses pour lui comme pour elle, et c’était un prix qu’elle était prête à payer. Elle renonçait à son amour pour lui, et en même temps se libérer de ses souffrances causées par les derniers évènements. Angel ne voulait plus souffrir rien qu’en imaginant Gabriel et June. Elle voulait à nouveau retrouver son objectivité, quitte à être détachée de tout. Ne plus s’impliquer, ne plus se torturer. Voilà quelle était la nouvelle devise de la jeune femme, et c’était la raison première de son voyage à Rome.

Assise à la table d’un immense restaurant de Londres, Angel attendait en silence son rendez-vous. Elle qui n’avait pas l’habitude d’attendre, n’était en revanche pas étonnée du retard de celui qui devait la rejoindre. Cela faisait plus de 500 ans qu’elle le connaissait et il était toujours aussi peu ponctuelle. C’était le défaut de Dante, une vielle connaissance avec qui elle n’avait jamais perdu le contact. Régulièrement elle le revoyait, passait du temps avec lui et ensembles ils refaisaient le monde. A chaque fois qu’elle repensait à sa rencontre avec Dante, Angel ne pouvait pas s’empêcher de sourire. Elle l’avait vu pour la première fois, 500 ans plus tôt, lors d’un immense gala organisait à Venise. Comme la tradition le voulait, tous étaient déguisés, et Dante c’était fait remarquer par sa façon de se mettre en avant et d’attirer l’attention de tous. Il avait cette étrange prestance, ce charisme, qui faisait qu’aussitôt qu’il pénétrait une pièce, tous les regards se tournaient vers lui. Angel avait été la seule à l’ignorer royalement lorsque le jeune homme avait voulu l’aborder. Avec le temps, la jeune femme réalisait que si elle avait éprouvait le moindre sentiment, alors peut être serait-elle tombée sous le charme de Dante. Seulement, à présent qu’ils se connaissaient si bien, elle ne l’imaginait pas à une autre place que celle qu’il occupait déjà, soit celle de son vieil ami.

Un quart s’écoula, et Dante arriva. Comme à son habitude, plusieurs regards se posèrent sur lui, ce qui fit sourire Angel qui constata que rien n’avait changé, tout comme son ami qui était resté le même. Ce dernier vint la retrouver et déposa un baiser sur sa main avant de s’assoir en face d’elle.

- Je suis toujours aussi impardonnable de faire attendre une belle jeune femme venue droit des Etats-Unis tout juste pour me voir.

- Au bout de 500 ans je commence à te connaître suffisamment pour ne pas m’offusquer. Répondit Angel en souriant.

Dante fit signe au serveur, et ce dernier apporta dans la minute deux coupes de leur meilleur Champagne. Angel but une gorgée sans quitter Dante du regard. Nul n’était utile de lui expliquer la raison de sa venue à Rome, car il savait tout ce qu’il y avait à savoir. Il connaissait les raisons qui avaient poussé Angel à venir le voir, tout comme il se doutait de ce qu’elle avait en tête.

- Bon, je crois qu’on va passer pas mal de temps ensembles durant les prochains jours. Tu es certaine de vouloir le faire ? Demanda Dante en regardant Angel d’un air sérieux.

- Oui. Répondit Angel d’un ton certain et emprunt d’une détermination que n’accepterait en aucun cas le moindre refus, chose que Dante comprit aussitôt.

-------------------------

L’aube se levait tout doucement sur Rome. Angel n’aurait su dire depuis combien de temps elle était ici, elle avait perdu toute notion du temps. Nuits et jours, elle était en compagnie de Dante. Ensembles ils allaient à l’encontre des lois de la nature, défiant la magie noir toujours un peu plus. Angel s’était interdite de pratiquer cette magie là depuis tellement de temps, qu’elle se sentait constamment vidée de ses forces. Quand elle n’était pas en compagnie de Dante, elle passait son temps à dormir et ce malgré le décalage dans lequel elle vivait. Son existence avait prit une étrange tournure, mais tout ceci n’était que temporaire, juste le temps qu’elle aboutisse à son projet, et ensuite elle quitterait Rome pour revenir à Wistéria Falls, rejoindre Quinn et Andy qui devaient probablement se faire beaucoup de soucis pour elle.

Assise dans le salon de Dante, Angel était à bout de force. La nuit avait été mouvementée, mais finalement ils étaient enfin parvenus à leur objectif. Tenant une tasse de sang chaud à la main, Angel tentait de reprendre des forces du mieux qu’elle le pouvait. Dante vint à son tour s’assoir à côté d’elle, un air satisfait se dessinant sur son visage. Il se doutait bien que le voyage de son invitée touchait à sa fin et que très bientôt elle repartirait. Néanmoins, il restait parfaitement serein car très bientôt ils se reverraient, comme toujours. Si ce n’était pas elle qui venait le voir, et bien ce serait le contraire, d’autant plus que ce serait l’occasion pour Dante de quitter se pays qu’il aimait tant et dans lequel il vivait depuis toujours.
En silence, il s’approcha doucement d’Angel et glissa autour de son cou une chaine en or blanc avec pour pendentif une petite pierre en cristal blanc. Ce bijoux était le symbole de toues ces journées intenses à jouer avec la magie noir, le résultat d’un travail acharné mais qui au final allait apporter beaucoup à Angel. Cette pierre signifiait la tranquillité d’esprit de la jeune femme, sa libération, une sécurité, et maintenant qu’elle l’avait au cou, elle n’était pas prête de l’en retirer.

- Tu es une fois pour toute débarrassée de toute émotion, du moins tant que tu porteras ce pendentif. Je peux te garantir que personne n’arrivera à parer ce sortilège ! Ajouta Dante avec une certaine pointe de fierté.

Angel lui accorda un sourire et déposa un baiser sur le front du jeune homme. C’était sa façon à elle de lui dire merci et au revoir. Sans un mot, elle quitta la demeure de Dante et regagna la villa qu’elle avait occupée avant de se rendre chez son vieil ami. Après avoir récupéré ses affaires, elle prit un taxi qui l’emmena à l’aéroport. Il était tant de dire au revoir à Rome, et c’est l’esprit léger qu’elle pensa à son retour à Wistéria Falls.

-------------------------

L’avion d’Angel venait d’atterrir à Wistéria Falls, ville ou elle n’avait pas mis les pieds depuis déjà plusieurs mois. Revenir ici avait quelque chose d’étrange, mais la jeune femme était sereine. Après avoir pris un taxi qui la déposa chez elle, Angel fut surprise de voir deux paquets posés sur son lit. Intriguée par leur contenu, elle s’asseya et déplia le premier petit paquet. En voyant le titre, elle comprit aussitôt qu’il s’agissait là du livre de Gabriel. Il avait tenu sa promesse, et à présent Angel était libre de lire le livre pour lequel le jeune homme s’était adressé à elle. Laissant ses affaires de côtés, la jeune femme s’installa confortablement sur le lit avant de se plonger dans la lecture du livre de Gabriel. Absorbé par son contenu, elle en oublia tout le reste et les heures défilèrent sans qu’elle ne s’arrête une seule fois. L’écriture était fluide, très agréable à lire, et le contenu était pour le moins excellent. Au fil des pages, Angel était forcée de noter à quel point Gabriel était un écrivain talentueux, et qu’il parvenait à retranscrire les émotions de son personnages. Ce livre était une pure merveille et Angel se doutait bien qu’il remporterait un franc succès, allant jusqu’à conquérir de nouveaux adeptes de sa plume en or. Une fois le livre achevé, Angel le déposa sur son bureau et reporta son attention sur le second paquet. Tout comme pour le premier, elle l’ouvrit, et fut surprise de découvrir un second manuscrit. Pour la deuxième fois, elle commença à en lire les premières pages mais s’arrêta brusquement. Ce second manuscrit retracé la parcourt personnel de Gabriel durant ses recherches, une chose qu’elle ne tenait pas vraiment à lire. Replonger dans ce qui à présent, appartenait au passé, ne lui disait absolument rien, et sans tenter de poursuivre sa lecture, Angel rangea le second manuscrit dans un tiroir qu’elle ferma à clé.

-------------------------

Voilà près d’un mois qu’Angel était revenue à Wistéria Falls. L’Italie ne lui manquait pas, même si elle avait quelque peu apprécié son séjour là-bas. Quinn et Andy semblaient rassurées de la revoir à leurs côtés, même si elles ne cessaient de la regarder avec un air affreusement inquiet. Il n’était absolument pas rare qu’elles fassent par de leurs craintes à Angel, mais cette dernière se contentait seulement de leur répondre que tout allait pour le mieux. Seulement, les deux jeune femmes n’étaient absolument pas dupes et ne cessaient de s’inquiéter face à l’état d’Angel, plus froide que jamais. En plusieurs siècles d’existence, jamais elles ne l’avaient vu aussi renfermée sur elle-même, ne laissant rien paraître et ne faisant même plus l’effort de faire semblant. Plus un sourire, plus un rire, le néant total. Angel avait conscience de l’inquiétude qu’éprouvaient ses amis, mais à présent ce qui était fait était fait, et elle ne désirait en aucun cas revenir en arrière.

- Tu devrais retourner sur ta tombe Angel, on pense que tu en as besoin. Ce voyage en Italie a fait de toi une personne totalement différente, tu as besoin de te souvenir de l’humaine que tu étais.

Voilà ce qu’Andy demanda à Angel, sous le regard approbateur de Quinn. Ces deux là avaient probablement dû se concerter longuement avant de faire cette demande, et Angel resta calme devant ses deux amies. A vrai dire elle ne s’était pas attendue à une demande de ce genre, et décida d’accepter dans le seul et unique but de les rassurer et de les calmer de façon momentanée. Aller sur sa tombe ne ferait pas d’elle celle qu’elle avait bien pu être autrefois, mais si ça pouvait faire plaisir à Andy et Quinn, alors elle le ferait sans le moindre problème.

-------------------------

La nuit venait de tomber sur la ville de Wistéria Falls, et alors que la plupart des habitants, étaient tranquillement chez eux, Angel arpentait les rues de la ville, sans but réel. Elle appréciait de plus en plus les petites promenades nocturnes durant lesquelles elle pouvait apprécier le calme de la ville. Personne ne risquait de la bousculer, ou de l’interpeler pour lui demander ou se trouvait tel endroit. Angel était tranquille, libre de faire ce qu’elle désirait, et finalement ses pas l’emmenèrent jusqu’au cimetière là où reposait sa sépulture. Lentement, ses pas l’emmenèrent devant l’endroit ou son corps aurait dû reposer depuis déjà plusieurs siècles. Pourtant, cette tombe était vide et elle, encore en vie.

Gardant le silence, Angel observa attentivement ce lieu qu’elle connaissait bien pour y être morte dans les bras de Devon, plusieurs siècles auparavant. C’est ici même qu’une nouvelle vie avait alors débutée, une existence hors norme qui faisait d’elle une personne différente. Elle était morte ici, et y revenir était assez étrange. Ce n’était qu’un lieu parmi tant d’autre, un cimetière ou des tas de personnes reposaient en paix… Le regard dans le vide, Angel ne fit pas attentions aux bruits de pas s’approchant dans sa direction. Son esprit était bien trop occupé à repenser au passé, à ce qu’elle avait vécu, pour comprendre qu’à quelques mètres d’elle, Gabriel la regardait. Ce ne fut que lorsqu’il lui adressa la parole, qu’Angel comprit qu’il était là, juste derrière. Elle ne l’avait pas revu depuis environ six mois, et si elle avait été capable de la moindre émotion, peut être aurait-elle était se blottir contre lui, ou peut être lui en aurait-elle voulu de son silence durant si longtemps. C’était une question à laquelle elle n’était tout simplement pas en mesure de répondre. Prévoir quel aurait été sa réaction ? Pourquoi puisque de toute façon elle ne ressentait plus la moindre émotion… En revanche, une chose étrange éveilla son attention. Quelque chose de nouveau semblait émaner de Gabriel, comme si en 6 mois une chose nouvelle s’était produite. Quelque chose était différent chez lui, et pour en avoir le cœur net, Angel se retourna pour lui faire face. Il était à quelques mètres d’elle, mais Angel ne bougea pas, le regardant en silence. Il avait changé, autant physiquement que dans son attitude. Il paraissait moins frêle, plus solide et une force étrange semblait se dégager de lui.

- Bonsoir Gabriel. Finit par répondre Angel sans le lâcher du regard.

Elle ne s’était pas vraiment attendu à le croiser, surtout pas dans un endroit comme celui-ci… Il ne semblait pas à Angel que les cimetières étaient un lieu ou Gabriel avait pour habitude de trainer, mais après tout il semblait différent, donc rien ne pouvait plus vraiment la surprendre.

- Qu’est ce que tu fais ici ? Demanda Angel.

D’un geste machinal, Angel passa sa main sur son pendentif, satisfaite de voir que ce dernier marchait. Elle ne ressentait plus rien, plus la moindre émotion…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mar 5 Juil - 17:48

Quel endroit désagréable que le cimetière. Un endroit où Gabriel ne mettait jamais les pieds d’habitude. Il évitait comme la peste tout ce qui faisait penser de près ou de loin à la mort brute. Car bien qu’il en avait décroché pendant quelques mois, la peur de sa propre mort le hantait malgré lui. Néanmoins, ce n’était pas sa révulsion pour ce lieu qui empêcha le jeune homme de s’y rendre. Au contraire, il y avait été mené par le souvenir d’Angel… Il se trouvait si naïf de penser qu’un simple nom sur une pierre allait lui fait oublier le manque de sa présence. Mais au fond, ce n’était rien de plus qu’une démarche désespérée. Ce qui est clair, c’est qu’il ne s’attendait sûrement pas à avoir affaire à Angel en chair et os en se rendant sur sa tombe. Ce n’était pas une chose dont il pensait qu’elle était friande. Mais après tout, il n’en savait rien. Il n’avait jamais abordé ce sujet avec elle. Peut-être que ça lui avait pris, d’un coup, de revenir sur cet endroit où elle était morte. Où elle était censée être morte. Sauf que quelque chose clochait ; Angel ne ressentait aucune émotion face à sa propre tombe lorsque Gabriel arriva. Il ne sentit en elle ni tristesse, ni peine, ni regrets ou pas même de la nostalgie. Elle semblait bien différente… Tout du moins, elle était changée. Une chose étrange s’était produite, devinait-il. Une chose qui la rendait si inquiétante…

Auparavant, Angel recouvrait des émotions en sa présence. Mais ce n’était plus le cas maintenant semblait-il. Riens d’émotionnel ne parvint aux sens de Gabriel. Le néant. Il lui semblait avoir face à lui quelque carcasse vide, fantôme ou mort-vivant, un mannequin pour couture. Pas même l’ombre d’une surprise lorsqu’il lui adressa la parole. Et pas même de colère face à lui. Comment pouvait-elle être si insensible ? Elle qu’il connaissait si douce, si tendre.
Gabriel fut véritablement choqué et blessé. Il se demandait s’il l’avait blessée au point que sa rancœur avait bloqué cette sorte d’influence qu’il avait sur elle, si elle en était venue à tirer un trait sur son âme à cause de la souffrance qu’il lui avait fait endurer. Ce néant qu’il sentait au fond d’elle lui faisait peur. Et s’il s’agissait du signe d’une perte d’humanité totale d’Angel ? Si elle avait trop changé ? Elle pourrait ne plus être la jeune femme qu’il avait connu, aimé. Par sa propre faute. Il était si dur pour lui de se dire que si elle était ainsi face à lui, c’était uniquement de sa faute. Alors il eut peur de lui parler et découvrir cette personne dénuée d’émotions qui se tenait devant lui.

A sa question, Gabriel prit son courage à deux mains. S’il devait à avoir le cœur brisé de la savoir ainsi désormais, autant que cela soit fait au plus vite. Dans sa résignation, le jeune homme avait pourtant reprit contenance. Il s’approcha d’elle jusqu’à se trouver à côté d’elle, là où ce vide émotionnel se faisait tellement ressentir qu’il sembla à Gabriel qu’il l’envahissait à son tour et que, tel un trou noir, il lui ôtait ses propres sentiments. Son regard glissa sur la tombe et lit le nom sur la stèle.

« Pour la même chose que toi semble-t-il. C’est une autre de mes fantaisies, de venir sur ta tombe, pour… Je ne sais même plus d’ailleurs. Je ne m’attendais pas à ce que tu sois là. Ca fait des jours que je te cherche partout. »

Et il la retrouvait là où il ne se serait jamais douté la trouver. Peut-on vraiment dire que le hasard fait bien les choses ? Non, le hasard est une chose étrange, et malhonnête. Après tout, pourquoi fallait-il qu’elle soit ici ? Gabriel continuait à se demander pourquoi Angel était revenue sur sa propre tombe. Après tout…

« Ce ne te fais rien, n’est-ce pas ? Voir ton nom sur une pierre tombale, là où tu ne reposes pas. Ni chaud, ni froid, hein ? Alors, c’est un pèlerinage de repentance ? » fit-il avec une pointe d’ironie, simple traitre de sa nervosité.

Néanmoins, tant bien que mal, Gabriel faisait comme si de rien n’était. Ou comme si sa peine n’existait pas. De toute manière, à ce qu’il voyait, Angel pourrait le voir se lamenter et pleurer toutes les larmes de son corps afin d’obtenir son pardon que pas même un rictus n’animerait son visage. Elle était une poupée de porcelaine, belle, figée, terrifiante.
Le jeune homme n’osait pas tourner la tête vers elle. Son regard restait fixé sur la tombe. Un soupir lui échappa. Et maintenant ?... Elle était sûrement capable de tourner les talons sans même lui adresser un au revoir sincère, comme s’il n’avait jamais existé pour elle. Existait-il encore pour elle ?

« Angel, je… »

Il débuta une phrase de plates excuses mais s’interrompit. Un bruit l’avait interpellé. Un bruit après de longues minutes de silence. Des sons… De ceux dont Gabriel avait appris à se méfier. Car mainte fois ses quêtes de dangers et de douleurs à tester l’avaient menées à faire des mauvaises rencontres qui se soldaient souvent par des blessures et des bleus. Un humain juteux seul en forêt, qui pourrait résister ? Néanmoins, c’était grâce à ces rencontres, clairement plus intenses que des bagarres de bar, que Gabriel avait acquérit une nouvelle et meilleure maîtrise de la magie fraîchement découverte. Et ainsi, il avait peu à peu prit confiance en lui-même.

« Angel, je suis sincèrement désolé... » lui dit-il, grave, et pourtant si sérieux.

Sûrement elle aussi avait-elle senti leur présence autour d’eux, les encerclant, et resserrant le piège peu à peu. Pour Gabriel, il devait s’agir de Seth, un « nouvel ami » qui lui réclamait un œil depuis quelques semaines. Oui, le jeune homme en avait fait des erreurs durant ces six derniers mois ; qui cherche les ennuis finit toujours par les trouver.

« ... Nous allons nous faire attaquer par ma faute. »


Dernière édition par A. Gabriel Prescot le Jeu 7 Juil - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mer 6 Juil - 18:18

En venant sur sa propre tombe, Angel avait donné suite à la demande de Quinn et d’Andy. Elle avait cela dans le seul but de leur faire plaisir, même si elle savait parfaitement que tout ceci était parfaitement inutile. Angel avait fait un choix, celui de renoncer à tous sentiments, et revenir sur sa tombe n’y changerait strictement rien. Mais voilà, Angel était là, dans le cimetière ou elle avait perdu la vie en voulant sauver celle de son époux. Revenir ici lui rappeler tout un tas de souvenir, mais cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. Le passé appartenait au passé, ce cimetière faisait parti de son histoire, mais tous lui semblait indifférent. Cet endroit aurait pu lui être totalement inconnu qu’elle aurait ressenti exactement la même chose que ce qu’elle ressentait en ce moment même, c'est-à-dire rien du tout. Des tas de souvenirs refaisaient surface dans l’esprit d’Angel, mais ils auraient très bien pu appartenir à quelqu’un d’autre, qu’elle aurait réagi de la même façon. Rien ne l’atteignait, elle avait retrouvé le confort de sa bulle, l’isolent de toute émotion, la protégeant du pire, comme du meilleur. Finalement, renoncer au bonheur était le prix à payer pour la quiétude. De cette façon, son existence lui semblait moins difficile à supporter, elle n’éprouvait ni regret, ni colère, ni peine.

Le dernier test pour conclure à la réussite total de son voyage à Rome, fut l’arrivée imprévue de Gabriel. Le seul capable de refaire cette part d’humanité qu’elle avait perdu 600 ans plus tôt ici même. Le jeune homme avait ce pouvoir inexplicable de raviver la flamme éteinte dans le cœur d’Angel, une chose qui avait eu le don de surprendre la jeune femme à plusieurs reprises. Avec lui elle avait à nouveau gouté au bonheur qu’elle avait pu effleurer du bout des doigts. Elle avait pu à nouveau aimer une dernière fois, avant que le rêve ne se transforme en cauchemar. Alors, elle avait comprit que le bonheur n’était pas une notion dans laquelle elle pouvait croire. Elle n’y avait pas le droit, pas depuis qu’elle avait vendu son âme. Aujourd’hui elle en payait le prix, telle une personne damnée à jamais… Angel avait fini par se faire une raison à cela, d’où son voyage à Rome. C’était là un moyen de mettre un terme à bien des souffrances inutiles, de ce protéger elle-même tout en protégeant l’homme qu’elle aimait. Gabriel devait rester hors de sa vie, c’était préférable car le monde auquel elle appartenait était bien trop dangereux. La pitié n’était pas une notion existence, le mal arpentait les rues et le bien était une chose quasi inexistante.

Quoi qu’il en soit, le pendentif qu’elle portait faisait son effet, et même lorsque Gabriel s’approcha d’elle, elle ne ressentit absolument rien, pas la moindre émotion, le néant total. Elle n’était plus tentée de se blottir dans ses bras, de lui dire à quel point elle aimait. Finalement, c’était juste comme si rien ne s’était passé, comme si Gabriel était une simple connaissance qu’elle revoyait depuis un moment.

- Je suis venue ici pour faire plaisir à Quinn et Andy… J’ai pas vraiment pour habitude de venir devant cette tombe vide…

Gabriel avait tenté de la voir… Angel le savait, Liam le lui avait dit, sans parler des appels auxquels elle n’avait pas répondu. Elle l’avait volontairement évité, ignorer, et ce sans parler de son voyage à l’étranger.

- Je me suis absentée plusieurs mois, je suis allée rendre visite à un vieil ami à Rome. Expliqua finalement Angel, gardant se ton neutre qui ne la quittait plus depuis son retour.

Gabriel lui posa alors plusieurs questions, en rapport avec sa présence ici. Elle avait l’impression qu’il cherchait à comprendre pourquoi elle était là, de même qu’elle ressentait toujours une étrange sensation vis-à-vis de lui. Il avait changé, et ce n’était pas seulement physique. Une sorte de nouvelle aura se dégageait de lui… Angel avait comme l’impression qu’il tentait de la sonder, de voir ce qu’il se passer en elle… La jeune femme garda le silence un instant, tentant d’analyser ce que cela pouvait bien signifier. Jamais encore elle n’avait affaire à ce genre de situation lorsqu’elle était en compagnie de Gabriel, jamais elle n’avait cette drôle d’impression que quelqu’un tenter de s’immiscer dans son esprit afin d’en capturer ce qu’il pouvait bien contenir… Cette courte réflexion fut amplement nécessaire pour aiguiller Angel sur ce qui avait bien pu changer chez le jeune homme, outre son apparence…

- Arrêtes de sonder mon esprit Gabriel. C’est inutile.

Voilà qui était clair. Le message était passé, Gabriel pouvait arrêter ses vaines tentatives. Angel ne ressentait absolument rien, et quand même bien elle aurait éprouvait la même émotion, elle avait 600 ans d’expérience de plus, donc fermer son esprit à un jeune Sorcier ne lui aurait pas été bien difficile…
Alors que le silence régnait à nouveau, un bruit lointain attira l’attention d’Angel qui ne laissa strictement rien paraître. Des personnes s’approchaient de façon rapide… Cinq personnes… Des Vampires… A priori ils allaient avoir de la visite, ce qui ne présageait rien de bon dans l’absolu… Les cimetières étaient sensés être des endroits calmes, destinés au repos éternel de ses occupants, et pourtant, ce soir ce ne serait pas le cas…
Gabriel sembla comprendre que de la visite arrivait, car il s’interrompit alors qu’il s’apprêtait à dire quelque chose. Le regard d’Angel se porta au loin et elle fixa l’horizon, attendant de voir les cinq intrus arriver. Gabriel termina alors sa phrase, s’excusant, puis ajoutant qu’ils allaient être attaqués par sa faute. Angel le regarda un instant, se demandant dans quels problèmes ils avaient pu se mettre. Elle avait décidé de quitter sa vie pour qu’il puisse s’échapper de son monde à elle, et voilà qu’il y plongeait aveuglément…

- Je vois que tu n’as pas perdu de temps pour t’attirer des ennuis. Répliqua Angel avec une légère pointe d’ironie.

Effectivement, cinq Vampires commencèrent à se rapprocher de Gabriel et Angel. Cette dernière ne bougea pas d’un centimètre, se contentant d’observer les intrus venus chercher des problèmes, ou tout du moins régler leurs différents avec Gabriel. L’un d’entre eux, à qui il manquait un œil, semblait particulièrement en colère, ce qui n’échappa absolument pas à Angel.

- Je te trouve enfin Gabriel…. Et je vois que tu es en charmante compagnie… Et si je faisais à la demoiselle la même chose que tu m’as faite ? Vous en pensez quoi ? demanda-t-il en s’adressant aux quatre Vampires l’accompagnant.

Angel garda le silence mais ne quitta pas les cinq Vampires du regard. Ses sens aux aguets, elle ne craignait pas vraiment qu’on lui fasse le moindre mal. En revanche, elle se devait de veiller à faire attention à Gabriel, qui lui, contrairement à elle, ne possédait pas l’immortalité…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Jeu 7 Juil - 15:40

Depuis que Gabriel avait entendu les cinq Vampires approcher, il n'avait cessé de se demander comment ils avaient pu le retrouver. Mais d'un côté, il s'était fait des ennemis ayant bien plus d'expérience que lui ; la traque de la proie se fait les yeux fermés pour eux. Lui, il était un novice qui tentait tant bien que mal de maîtriser sa magie. Seulement, ce n'était pas en six mois qu'il allait réussir à se faire à des pouvoirs qu'on lui avait caché durant presque trente ans. Ils étaient en lui tout ce temps, et avaient été libérés du jour au lendemain. C'était une nouvelle sensation, de nouvelles expériences. Tout était très étrange pour lui en réalité, mais le jeune homme était bien décidé à devenir un Sorcier accompli. Telle était sa véritable nature. Pour cela, il n'avait pas hésité à utiliser la manière forte. Il savait bien que s'exercer un peu chaque jour, passer son temps à apprendre des livres qu'il trouvera, après s'être assuré de l'authenticité, allait prendre bien trop de temps. Le temps était quelque chose qu'il n'avait pas. Les meurtres d'Humains par des Vampires se faisaient de plus en plus nombreux, Gabriel sentait qu'une véritable guerre au cœur de la vie des Humains pourrait éclater. S'il avait certainement la patience d'apprendre comme il se devrait, si une méthode conventionnelle existait, la guerre n'allait pas l'attendre.
Et la prophétie alors ? L'avait-il complètement oubliée ? Non, il savait parfaitement qu'il fonçait tête baissée en son sens. Qu'enfiler la cape de sauver de l'Humanité allait le mener droit dans ce piège. Mais peut-être avait-il gagné en inconscience ; il n'en avait plus peur, il ne voulait plus se sentir tiré vers le bas par ce récit. Il ne pouvait pas rester enchaîné à ça, et vivre sa vie à moitié à cause d'une légende. Il avait comprit que la seule véritable erreur serait de renoncer à ses convictions, à sa vie, à ses envies, par peur. Non, il n'avait plus peur. Il avait grandit ; il ne courbait plus l'échine face à ce danger, il s'était armé contre cette épée de Damoclès qui résidait au dessus de sa tête, il avait relevé le regard vers ce désert sur lequel il avait encore tout un chemin à tracer lui-même. Adviendra ce qu'il doit avenir, se disait-il. Ce n'étaient pas des mots qui allaient le tenir par le col. Il gardait ces pages dans lesquelles ont avait retranscrit son dit destin dans un coin de sa tête, il n'oubliait rien, mais désormais il était le seul maître de son avenir.
C'était donc pas à pas qu'il cherchait sa place dans ce monde, à s'y incruster pour de bon. Bien qu'il gardait l'espoir que la seule place que l'on finira par lui assigner était celle auprès d'Angel. En cherchant les ennuis, il cherchait ses propres limites. Oui, c'était un comportement complètement inconscient. Mais peut-être était-il temps d'arrêter de réfléchir pour le moment. Toujours tout cérébraliser, intellectualiser, c'était un frein. Et il était bien connu qu'il n'y avait qu'une recette pour aller de l'avant : foncer. Gabriel appliquait cela à la lettre, bien qu'il ne soit non plus devenu un âne. Il cherchait seulement à mettre un pas devant l'autre. A s'endurcir par la même occasion. Ce n'était qu'ainsi qu'il allait pouvoir agir. La seule manière d'évoluer.

Après la théorie, la pratique, c'est évident. Quelques attaques dans la forêt avaient amenés Gabriel et Seth à se rencontrer. Un petit nouveau dans la Sorcellerie, même pas peur. Ils n'avaient cru inoffensif, et il est vrai que ce n'était pas une terreur. Alors pourquoi pas décharger leur haine des Sorciers sur cette brebis égarée ? Eux non plus n'étaient pas du genre à beaucoup réfléchir avant d'agir, ils avaient foncé. C'était la première fois que le jeune homme avait affaire à plusieurs Vampires d'un coup ce jour là. La première option lui traversant l'esprit était de prendre ses jambes à son cou. Mais il savait bien à ce moment là qu'il n'allaient pas le laisse fuir si facilement. Alors autant ne pas chercher à éviter la bataille. Seul contre cinq, c'était inégal, et déloyal. Ainsi, Gabriel avait uniquement eu à affronter Seth dont une branche d'arbre vint embrocher l'oeil après quelques échanges de coups. Bien évidemment, l'issue du combat fut la fuite du jeune homme ; lorsque les sbires du Vampires accoururent pour venger leur ami, il fut bien forcé d'avouer qu'il ne faisait pas le poids. Il avait détalé. De retour chez lui, l'adrénaline l'avait fait rire aux éclats.

« M'attirer des ennuis, c'est devenu un nouveau passe-temps. » répliqua-t-il a la phrase d'Angel.

Il hocha les épaules avec un léger sourire. Autant en rire. Bien sûr, cette fois, la situation était différente. Sa rencontre avec Seth remontait à un mois et déjà Gabriel se sentait capable de faire à nouveau face. Sincèrement, il n'avait pas peur de lui, bien que le fait qu'il ai un œil en moins le rendre plutôt inquiétant. Et qu'il était encore accompagné de sa clique. Et qu'il semblait très en colère. Le souci, c'était qu'il menaçait Angel. Et quelque chose gêna le jeune homme. Il ne savait pas s'il était inquiet pour elle ou non, s'il voulait la défendre. Savoir qu'elle n'en ferait pas autant pour lui désormais le blessait et l'empêchait de réfléchir. Une forme de rancœur nouvelle lui disait qu'après tout, Angel était assez grande pour se défendre si elle était attaquée personnellement par Seth. Mais non, ce n'était pas lui, ce n'était pas son genre. Laisser la femme qu'il aimait se faire menacer ? Même pas en rêve, impensable. Il se tourna vers elle, l'observa. Que pensait-elle de la situation ? Impossible à savoir. Il pensait que tout cela la laissait terriblement indifférente.

« On ne dirait pas que tu lui fasse peur. » répondit Gabriel à Seth, se tournant vers lui. « A moi non plus d'ailleurs. Ecoute, on pourrait aussi passer l'éponge ? Le passé c'est le passé. »

Bien sûr, il ne comptait pas sur l’approbation du Vampire, et alors que Gabriel terminait à peine sa phrase, il dut esquiver une première attaque. S'en suivirent plusieurs autres. La rage avec laquelle le Vampire s'acharnait trahissait sa colère. S'il l'attrapait, il le tuait sans hésitation.
A plusieurs reprises, l'un ou l'autre se retrouvait contre une tombe. Certaines stèles furent détruites. Gabriel se débrouillait pour garder un œil sur Angel, malgré la distance à laquelle il se trouvait d'elle. Quand l'un des Vampires s'approcha d'elle, un soudain sentiment d'agressivité dicta ses gestes ; son esprit se divisa, et tendis que d'une part il envoyait le corps de Seth s'écraser contre un mausolée, la main de Gabriel guidant son vol plané, il prenait contrôle des gestes de l'agresseur de la jeune femme, à des dizaines de mètres de lui. Il le fit s'arrêter net, l'empêchant de bouger le moindre orteil. Il ne savait même pas qu'il l'empêchait aussi de soulever sa cage thoracique pour respirer.

« Dans tes rêves. » lança-t-il, rageur, entre ses dents avant de l'envoyer aussi loin que possible.

C'était la première fois pour lui qu'il parvenait à bouger des corps. Il n'eut pas le temps de s'en rendre compte qu'un violent coup dans l'estomac le fit se plier en deux. Sa respiration fut coupé durant quelques secondes dont Seth profita pour le faire tomber à terre. Gabriel cessa de faire attention aux coups qu'il recevait ; il réfléchissait au moyen d'avoir le temps de se relever et se remettre de ce faux pas. Il se focalisa, sans même savoir pourquoi, sur la tombe d'Angel.
Elle était encrée dans le sol, et lourde. Pourtant, après ce qui lui sembla un moment bien long, le jeune homme parvint à l'arracher de la terre. La stèle flotta dans les airs sur quelques mètres, à toute vitesse, avant de s’abattre sur le crâne du Vampire. Gabriel ne chercha pas à savoir s'il l'avait tué ou pas -il préférait ne pas tuer cependant, il n'avait pas encore de sang sur les mains et n'était pas pressé d'en avoir-. Il se releva, prenant soudainement conscience des parties de son corps qui le faisaient souffrir. Mais une présence derrière lui le fit réagir ; c'était un nouveau coup qui le manquait. Pas le temps de souffler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Dim 10 Juil - 17:04

Les Vampires dans le genre de ceux qui venaient d’arriver, avaient le don d’énerver Angel. Ils étaient de vulgaires Humains ayant acquit du jour au lendemain des pouvoirs dont ils ne mesuraient pas les limites. Ils s’imaginaient tout puissants, invincibles et au dessus de toutes formes de règles. Leur ignorance mêlée à un égo surdéveloppé, faisait d’eux des Créatures dangereuses dépourvue de la moindre pitié. Leur quotidien se mesurait à vivre au jour le jour et à faire souffrir ceux qui avaient le malheur de croiser leur chemin. Aux yeux d’Angel, ils étaient qu’une bande de Vampires stupides poussés par des pulsions qu’ils étaient incapable de contrôler. Ils se croyaient puissants, alors qu’en réalité ils étaient sous l’emprise de leur nouvelle situation. Ils n’étaient pas maître d’eux même, loin de là, même si c’est ce qu’ils aimaient penser. Des Vampires comme ceux là, Angel en avait croisé un grand nombre au cours des six cents ans passés et tous avaient fini par être tué en s’affrontant à plus fort qu’eux. De ce fait, Angel ne broncha pas à la remarque que fit le Vampire à l’œil manquant. Ce n’était ni le moment ni le lieu pour se livrer à un quelconque affrontement et la jeune femme se contenta d’observer les cinq Vampire, sans laisser la moindre émotion l’envahir. Le danger se peaufiner à l’horizon, mais elle s’en moquait car au fond elle savait que ces Vampires n’avaient aucune chance de quitter ce lieu vivant, pas s’ils espéraient s’en prendre à elle ou même bien à Gabriel. Ce dernier prit alors les devant, tentant de dissuader le Vampire à l’œil manquant, d’aller plus loin, mais bien évidement ce fut vain et le combat fut engagé sous l’œil d’Angel qui observa Gabriel se défendre avec une dextérité surprenant et ne lui ressemblant pas. En temps normal, elle aurait déjà réagi, mais en voyant la hargne avec laquelle Gabriel se défendait, elle décida de le laisser mener ce combat seul. Il s’agissait là de sa bataille à lui, chose que la jeune femme comprit rapidement. Néanmoins, elle observa la scène avec intérêt, surveillant le moment ou elle devrait s’en mêler.

Le Vampire à l’œil manquant, tentait de s’attaquer à Gabriel avec acharnement. Il était en colère, ce qui le rendait encore plus dangereux. A plusieurs reprises, des stèles furent détruites sous le choc des coups encaissés par les deux hommes, les envoyant se heurter sur les blocs de béton. Angel les observait sans intervenir. Peu à peu, elle commençait à comprendre d’où provenait le changement physique de Gabriel. Il s’était endurci au cours des 6 derniers mois, et elle se doutait qu’il n’avait pas dû lésiner niveau embrouille avec des Vampires. En s’éloignant de lui, Angel avait espéré que Gabriel retrouverait une vie normal, qu’il s’éloignerait du danger, mais au lieu de cela, il avait plongé tête baissé dans les problèmes. Si Angel avait été capable de ressentir la moindre émotion, alors peut être aurait-elle été fâchée, ou agacée, ou finalement, peut être que ça ne l’aurait pas vraiment étonnée de la part du jeune homme. Quoi qu’il en soit, elle ne ressentait absolument rien, c’était le vide total, mais son regard ne quittait pas pour autant la scène se déroulant à quelques mètres d’elle. Elle ne tolérerait pas que quelque chose arrive à Gabriel, c’était tout simplement hors de question.

Un des Vampires accompagnant celui à qui il manquait un œil, commença finalement à s’approcher d’Angel. Cette dernière le regarda, sans amorcer le moindre geste de recul et continuant d’afficher un visage dépourvu de toute expression. Le jeune Vampire était en train de commettre une grosse erreur en croyant qu’il allait faire le poids face à Angel. En réalité il n’avait pas la moindre chance et son impétuosité allait le conduire droit à la mort s’il continuait à avancer en direction d’Angel. Cette dernière le fixait, se demandant s’il croyait vraiment qu’elle allait rester sans rien faire… Seulement, une chose assez inattendue se produisit. En effet, alors que le Vampire était juste en face d’Angel, une force invisible le fit stopper net son avancement. Angel le vit se figer sans comprendre ce qui était en train de lui arriver. Respirer lui était également devenu difficile, et finalement, cette même force invisible l’envoya valser à plusieurs mètres, le faisant retomber brutalement plusieurs mètres plus loin. Pour Angel ce fut donc une évidence, Gabriel avait fait débrider ses pouvoirs, devenant un Sorciers à part entière mais s’exposant à cette prophétie qui risquait de lui couter la vie. Il avait fait un choix, celui de se mêler à cette guerre au lieu d’en rester écarter. Il avait choisis d’accepter son destin au lieu de le fuir. Mais au fond, était-ce vraiment sage de vouloir prendre le risque de mourir en héros ? Si Angel n’avait pas porté son pendentif, elle aurait répondu que non, qu’elle préférait avoir l’éternité devant elle, avec Gabriel à ses côtés, plutôt que de le voir prendre le risque de se sacrifier. En temps normal, l’idée de le perdre lui aurait été insupportable, et le voir se battre ainsi lui aurait fait peur. Seulement elle ne ressentait absolument rien, mis à part un vague sentiment de fierté de voir que le jeune homme avait décidé de vivre et non de survivre. Finalement il s’était peut être rendu compte que la vie ne se résumait pas à écrire, et qu’en dehors de sa passion il y avait plein de choses à vivre. Angel porta toute son attention sur Gabriel, et l’ombre d’un sourire s’esquissa sur son visage. Il avait bien changé….

Quoi qu’il en soit, le combat repris de plus belle, et à plusieurs reprises, Angel hésita à se mêler à ce qui était en train de se passer devant ses yeux. Cinq vampires contre un seul Sorcier, voilà qui n’était pas très équitable. De plus, les amis du Vampire à l’œil manquant, commençait de plus en plus à vouloir attaquer simultanément Gabriel, se rendant compte du danger que le jeune Sorcier représentait. Il avait beau débuter, il maîtriser bien ses pouvoirs et ne se laissait pas démonter face aux différents assauts qu’il tentait d’esquiver à chaque fois. Ce fut lorsqu’il se retrouva à terre, qu’Angel commença à se dire qu’elle allait devoir intervenir. Laissant tout de même le soin à Gabriel de se défendre jusqu’au bout, elle ne regretta en rien son choix car ce dernier repris le dessus en se servant de la pierre tombale de sa tombe vide. Il se servit de cette dernière qu’il brisa sur le crane du Vampire à l’œil manquant. Le choc fut suffisamment fort pour le mettre hors service. En revanche, Gabriel n’eut pas le temps de souffler pour autant, car les autres Vampires passèrent à l’attaque.

Ce fut à ce moment là qu’Angel décida d’intervenir. Gabriel avait mené à bien son affrontement contre le Vampire à l’œil manquant, maintenant les choses risquaient de se compliquer considérablement. La jeune femme ne se fit pas attendre davantage et se dirigea vers le Vampire se trouvant derrière Gabriel et qui avait tenté de le surprendre en traitre. Non seulement ils étaient trop lâches en venant à cinq pour s’en prendre à une personne, mais en plus ils n’avaient pas le courage d’attaquer de front. Angel attrapa alors le Vampire en question, l’immobilisant et l’empêchant de faire le moindre geste. Elle jeta un coup d’œil à Gabriel, vérifiant qu’il allait bien.

- Pas trop amoché ? demanda Angel en l’observant pour être certaine qu’il allait bien.

Utiliser la magie pouvait parfois énormément fatiguer, surtout dans le cas de Gabriel qui avait vécu plus de vingt ans sans savoir qui il était vraiment. Sentant que le Vampire qu’elle tenait, ne cessait de se débattre, Angel resserra son étreinte, l’emprisonnant encore plus.

- Vous auriez mieux fait de suivre le conseil de Gabriel en repartant sagement… Ajouta Angel d’une voix suffisamment audible pour que les quatre Vampires l’entendent.

Elle se savait capable de les tuer un à un sans le moindre état d’âme, mais ce combat n’était pas le sien mais celui de Gabriel. Il lui revenait à lui de prendre la décision de ce que serait la finalité de cet affrontement. Bien évidement, aux yeux d’Angel, les quatre Vampires étaient bien trop stupides pour repartir sans tenter de les tuer tous les deux, mais le choix revenait à Gabriel. S’il décidait de continuer, alors elle le suivrait. S’il décidait d’éviter que quelqu’un soit tué, alors elle respecterait son choix. Continuant de maintenir immobile l’un des Vampires, Angel regarda Gabriel, cherchant à savoir quel serait son choix. Quoi qu’il en soit, il devait choisir et vite, car les trois autres Vampires se rapprochaient déjà d’eux d’un air menaçant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mer 13 Juil - 17:28

Oui, c’était véritablement le combat de Gabriel. Certes, il n’aurait pas été contre un peu d’aide, mais d’un autre côté il aimait faire front. A vrai dire, il se battait comme un beau diable. Peut-être étaient-ce des années de frustration qui s’exprimaient ainsi. Quoi que Gabriel n’ai jamais été un violent de nature. Au fond de lui, il n’y avait pas de colère qui l’animait, ce n’était pas un rageur qui frappait pour frapper. Le mot « frapper » lui était inconnu jusqu’à il y a quelques mois.
A cet instant, c’était de la hargne qui le faisait foncer : on ne lui marchera plus sur les pieds, avait-il décidé, hors de question de rester en retrait plus longtemps. Trop longtemps il avait été une victime passive malgré-lui. Aujourd’hui, ce n’était plus ainsi qu’il voulait vivre. Oui, il avait bien changé. Il en était plutôt fier. Mais il savait qu’il devait encore faire attention. Il existait trois poids qui pesaient sur ses épaules : sa sœur, Alyce, Angel, et lui-même. Il ne devait pas ignorer la prophétie et foncer tête baissée dans tous les tas qu’il croisait, car s’il se pouvait que sa vie soit en jeu, il n’y avait pas que lui. Alyce aussi en faisait partie. Etrangement, pas une fois Gabriel n’avait songé au fait que l’enfant devenant un Vampire puisse être lui. Tout du mois, à moins qu’il ne le devienne par son propre choix. Ensuite, il y avait Angel, étrange Angel, qu’il devait garder auprès de lui ; se battre pour elle, oui, maintenant il le pouvait, il le voulait. Mais elle, lui avait-elle pardonné ? Etait-elle encore en mesure de pardonner ? Ce fameux soir lui avait pourri la vie, avait hanté ses nuits. Il était donc le dernier poids, le fardeau qu’il trainait ; lui-même et sa drogue atypique. Il savait parfaitement que cela allait le talonner toute sa vie. Par ailleurs, son beau-frère l’avait mis en garde au sujet de ses nouvelles capacités magiques. Elles ne devaient pas lui faire perdre la tête. Il avait été plongé plus de vingt ans dans une identité factice, il embrassait soudainement la réalité. Il y avait des chances pour que cela lui fasse perdre pied. Se connaissant, Gabriel avait acquiescé aux propos du mari de sa sœur, parfaitement conscience qu’il était de nature à se passionner, et à se laisser bouffer, obnubilé. Ainsi, Gabriel n’avait toujours pas une complète confiance en lui-même –mais qui peut dire qu’il possède une entière confiance en soi-même ?-. Oui, sa période de drogué, plus récente qu’il ne voulait se le dire, le talonnait. C’était une cicatrice du passé désormais, un doigt pointé sur les faiblesses de son esprit. Il devait faire attention : tenir ainsi la vie de ce Vampire entre ses doigts, n’avoir qu’à fermer le poing pour en finir avec lui, lui avait rappelé ces paroles qu’il ne devait pas oublier.

Ce Vampire, il l’aurait tué, pour Angel. S’il l’approchait, s’il la touchait. Il n’aurait pas hésité. Peut-être n’avait-elle plus aucune peur pour elle-même, pour sa vie ou celle du jeune homme, mais pas lui. Et la savoir en danger, même si elle pourrait tout à faire le gérer, le mettait hors de lui ; il en perdait ses moyens, il en perdait sa conscience. Il l’aurait tué, et il aurait craché sur son cadavre.

Tandis que la bataille avait repris, Angel décida de s’impliquer, retenant l’assaillant de Gabriel. Surprit, il l’observa quelques secondes. Pourquoi l’aider ? Pourquoi ne pas simplement partir, le laisser se débrouiller ? Tout cela ne la concernait pas après tout. Elle pourrait tout aussi bien hocher des épaules, et tourner les talons. Non, elle était là pour l’aider, contre toute logique apparemment.
Un peu sonné, un peu fatigué, Gabriel hocha simplement la tête lorsqu’elle lui demanda s’il allait bien, même s’il n’avait pas pris le temps de faire un check-up complet de son état. Bien sûr, les autres Vampires accourraient, malgré la mise en garde d’Angel. Ils n’en avaient que faire de ses mots, d’elle. Qu’en savaient-ils de qui elle était ? Si seulement ils savaient comment elle pourrait les brises comme de vulgaires allumettes. Gabriel, intrigué, ne regardait qu’elle. Il avait le regard d’un enfant devant la télévision, regardant Superman avec admiration, des étoiles plein des yeux, voulant dire « plus tard, je veux être comme ça ! ». Obnubilé, et essayant une dernière fois de sentir un semblant d’émotion chez elle, il en avait oublié le reste. Il ne faisait même pas attention au regard de la jeune femme qui semblait lui demander de faire un choix. Quel choix ? Continuer ou partir ? En réalité, il n’était pas vraiment en son pouvoir de le décider. Tout du moins, il était trop tard pour cela.
Une intuition l’avait fait se tourner vers les Vampires au moment de leur assaut, lui laissant juste le temps de s’en rendre compte et d’essayer de parer le coup. Cette fois, il était clair qu’esquiver n’allait pas résoudre le problème. Et ils n’allaient pas laisser Gabriel fuir une seconde fois. Ils avaient des comptes à régler avec lui… Aller de front ? Si seulement il pouvait encore y renoncer. Mais il était trop tard pour eux. Gabriel, d’un coup d’œil à Angel, sentit ce vide au fond d’elle, ce puits sans fin. Il savait, il en était juste persuadé, qu’elle n’allait en épargner aucun, par principe de détruire ce qui se met en travers de son chemin. Elle n’allait sûrement pas éprouver le moindre remords, pas la moindre hésitation. Il le savait, parce qu’à chaque fois qu’il cherchait en elle où pouvait bien finir ce vide, il s’y sentait lui-même engouffré.
Une grande partie de ses doutes ainsi envolés, aspirés dans ce trou noir, Gabriel n’eut aucun mal à assener le premier coup. Et voilà qu’ils étaient déjà repartis dans la bataille.

Cette fois, elle n’allait sûrement pas durer. Il était fatigué, elle était sans pitié, il ne fallait pas chercher plus loin. Mais Gabriel n’arrivait pas à se résoudre à l’idée de tuer. Et bien que le Vampire qu’Angel tenait plus tôt fût certainement déjà mort des mains de la jeune femme, il préférait que la liste des victimes s’arrête là. Entre deux coups de poing, et l’attaque qui lui fendit la lèvre, Gabriel faisait marcher ses méninges. Comme toujours, c’est en cherchant que l’on trouver le moins. Il était incapable de se concentrer là-dessus. Combien restait-il d’ennemis ? Combien avaient déjà été tués par Angel ? Il perdait le fil. Jusqu’à ce que ses pieds se prennent dans une stèle qu’il n’avait pas vu.
Il tomba en arrière, dans la poussière. Alors, l’idée lui vint à l’esprit. Comme toujours, il fit une assimilation à sa sauce, un peu étrange, peut-être farfelue, qui était pourtant d’une logique cristalline pour lui. Finalement, son dernier tour fut le plus simple.
En une fraction de seconde, chaque particule de poussière, chaque pierre, s’élevèrent dans l’air. Un épais brouillard, non pas de vapeur, mais de cailloux et de sable, s’était ainsi créé dans tout le cimetière. Il était difficile d’y voir quelque chose, si pas impossible. Essayer de marcher pour s’y retrouver équivalait à se couper le visage avec des roches à chaque pas. Le temps semblait s’être arrêté dans cet étrange univers en sépia. Plus personne n’osait bouger. Un bruissement continu des entrechoquements entre les grains de sable, comme de la neige à la radio, remplaçait le silence. Profitant de l’incompréhension générale, le jeune homme se releva. Il retrouva Angel dans le silence quasi-total, lui prit la main, et la guida jusqu’au mausolée non loin d’eux. La lourde porte en pierre refermée derrière eux, la poussière retomba au sol. Ils avaient disparu.

Toussant à cause de l’air âpre de cet environnement sablonneux qu’il avait soudainement créé, Gabriel descendit dans la crypte en compagnie de la jeune femme. Il y trouva un mur, le long duquel il se laissa glisser, essoufflé, et frappé par un insoutenable mal de crâne. Sincèrement, à cet instant, il n’avait aucune envie de parler, encore moins avec Angel. Il l’avait emmenée avec lui, naturellement, sans réfléchir. Parce qu’il l’aimait, voilà tout. Mais l’avoir face à lui, et sentir qu’elle ne ressentait rien, c’était tourner le couteau dans la plaie. Quoi qu’à cet instant, ce sixième sens empathique était aussi hors service que lui.
Durant de longues minutes de silence, il préféra la fuir du regard, se remettant de ses émotions. Si elle approchait trop près, il lui faisait signe de le laisser tranquille, la tête fourrée entre ses bras, sur ses genoux. Ce n’est qu’une fois reposé, remis, qu’il releva la tête. Il ne comptait pas la remercier pour son aide. Il ne cherchait plus à sentir une esquisse de sentiment ; il avait la tête dans un étau que l’on resserrait à chaque fois qu’il essayait de réfléchir. Néanmoins, il inspira un grand coup. Sans réfléchir, en soupirant, il articula :

« Désolé, encore une fois. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Dim 17 Juil - 10:34

Toute bataille exige que l'on fasse des choix. Gabriel était face à l’un de ces choix. Il avait face à lui trois vampires n'ayant qu'une seule idée en tête, le tuer. Angel les savait suffisamment entêtés pour ne pas renoncer avant d'avoir atteint leur but. Qu'importe si le jeune homme parvenait à se sortir de cette situation délicate, tôt ou tard ses adversaires finiraient par le retrouver encore une fois. Ce genre de vampires se croyait bien trop fort pour renoncer, et si Angel s'était retrouvée devant le même choix que Gabriel, elle aurait sans hésitation choisie d'éliminer un à un ses adversaires. Elle n'aurait ressenti aucun remords à supprimer ces êtres sanguinaires et dépourvus de la moindre intelligence. Ils étaient dangereux, avis de sang, et n'écoutaient que leur instinct les poussant à chasser encore et toujours. Oui, Angel les aurait tués sans la moindre hésitation. En revanche, il n'en était pas de même pour Gabriel. Elle pouvait sentir que le jeune homme hésitait face à ce choix qui s'offrait à lui. Jamais encore il avait ôté la vie à une personne est tuer n'était pas un cap facile à passer. Malheureusement, dans sa situation à lui, c'était tué ou se faire tuer. Il était certain que les adversaires de Gabriel n’hésiteraient absolument pas dans leur choix. Ils le tueraient, chose que ne laisserait pas faire Angel. Quoi qu'il en soit, et pour le moment ce choix revenait à Gabriel, et quel qu'il soit elle le respecterait.

Fixant Gabriel du regard, Angel tenait toujours le Vampire de façon à l’immobiliser totalement. Ce dernier semblait avoir comprit le danger que la jeune femme représentait car il ne bougeait plus du tout et avait renoncé à lutter. Silencieux, il savait que sa vie ne tenait plus qu’à un seul fil. Peut être venait-il de réaliser qu’il risquait de mourir sans même avoir pu faire quoi que ce soit. Angel pouvait le tuer en l’espace de quelques secondes, comme elle pouvait le libérer et le laisser partir, seulement comprendrait-il que s’en prendre à nouveau à Gabriel aurait un prix à payer ? Aurait-il la sagesse d’esprit de partir et d’oublier son idée de vengeance ? Angel l’ignorait car la sagesse était une chose dont étaient dépourvu les jeunes Vampires. La mort était donc la plus sage des choses à faire, mais toujours est-il que ce choix ne lui appartenait pas. A vrai dire, peut lui importait quel serait l’issu de ce combat pour les Vampires qui avaient voulu s’en prendre à Gabriel, seul la suite, ce qu’il se passerait après, la poussait à la réflexion. De plus, les adversaires de Gabriel ne semblaient pas vraiment opter pour le statut quo, et ils continuèrent d’avancer vers eux. Angel comprit au regard de Gabriel, qu’il n’était pas prêt à tuer, que ce soit pour sauver sa vie ou non. Sans le vouloir, il venait de faire son choix, et le combat repris de plus bel.

Décidant de suivre le choix que venait de faire le jeune homme, Angel relâcha son emprise sur le Vampire qu’elle tenait fermement depuis plusieurs minutes, et le retourna de façon à ce qu’il lui fasse face. Sans dire le moindre mot, elle plongea alors son regard dans le sien qui était empli de frayeur. Il craignait pour sa vie, et il avait raison. En temps normal, Angel lui aurait probablement arraché le cœur, mais cette fois-ci elle décida de faire preuve de charité, néanmoins elle comptait tout de même assurer les arrières de Gabriel.

- Tu as de la chance, tu vas pouvoir repartir d’ici vivant… Oublies Gabriel… Oublies tes idées de vengeance et ne t’approches plus jamais de lui… Si jamais je te vois roder, ne serait-ce qu’à quelques mètres de lui, je te tuerais sans la moindre hésitation… Quand je te lâcherais, tu partiras sans te retourner.

Les pupilles du Vampire se dilatèrent un instant, avant de retrouver leur aspect normal. Angel le lâcha, et le Vampire exécuta la consigne que venait de lui donner la jeune femme. Sans attendre un instant, il lui tourna le dos avant de partir en courant à l’ opposer de l’endroit ou se tenait l’affrontement. L’hypnose était un moyen efficace d’obtenir se que l’on désirait, et de cette façon elle respectait le choix de Gabriel tout en assurant ses arrières.

Une odeur de sang attira alors l’attention d’Angel vers Gabriel qui se battait avec les deux autres Vampires. Sa lèvre était en sang, il semblait fatigué et il était temps que le combat prenne fin. La jeune femme commença à se diriger vers l’un des deux Vampires dans le but de le stopper, mais quelque chose d’imprévu se produisit et la fit s’arrêter net. Angel ferma alors les yeux, sentant une source de magie devenir plus forte et plus puissante. Comprenant d’où elle venait, elle ouvrit les yeux et posa son regard sur Gabriel qui semblait se concentrer. C’est alors que ça se produisit. Les morceaux de pierres ainsi que de la terre, commencèrent à s’élever dans les airs avant de se mettre à tourner telle une tornade. Y voir devint alors difficile et se fut suffisant pour que les Vampires cessent tout mouvement, complètement perdu dans se brouillard dangereux. Angel resta immobile, se concentrant pour parvenir à se repérer. De temps à autre, elle sentait des morceaux de pierre venir érafler son visage, mais elle resta immobile, se concentrant pour repérer la présence de Gabriel. Ce fut lorsque le jeune homme lui prit la main pour l’emmener avec lui, qu’elle put enfin savoir ou il était et surtout s’il allait bien. En silence, Angel le suivit jusqu’à un mausolée ou ils entrèrent pour se mettre en sécurité. Une fois la porte refermée, le silence ce fit dans le cimetière, signe que la tornade avait disparut et que tout était redevenu normal. Angel resta un instant prêt de la porte, écoutant attentivement les bruits de pas des Vampires, se faisant de plus en plus lointain. Ils venaient de partir et avaient renoncé à les chercher. Le tour de Gabriel les avaient fait fuir, et à présent ils étaient tranquilles, ou tout du moins pour le moment car ils n’étaient pas à l’abri de les voir revenir encore plus nombreux.

Angel suivit Gabriel dans le fond de la crypte qui se faisait de plus en plus sombre. Arrivait en bas, elle observa le jeune homme qui semblait vouloir la fuir du regard. Elle n’insista pas mais voulu s’approcher de lui pour jeter un œil à sa lèvre en sang, mais il la stoppa net par un geste qui lui fit comprendre qu’il avait besoin de reprendre ses esprits. Angel fit alors quelques pas en arrière et lui tourna le dos pour regarder la crypte dans laquelle ils se trouvaient. Y voir quelque chose était difficile, mais elle n’eut aucun mal à discerner au milieu de la pièce, une immense stèle sur laquelle se dressait la statue d’une femme allongée, les mains liées sur sa poitrine. A l’intérieur devait probablement reposer le reste de son corps. Angel fit le tour de la pièce, repérant au passage une torche accrochée au mur. Elle ne devait pas avoir était allumée depuis très longtemps, mais la jeune femme s’en approcha avant de poser ces mains dessus. Une flamme commença à naitre du creux de ces mains, se propageant sur la torche jusqu’à finir par éclairer quelque peu la crypte. Angel retira ses mains et se tourna vers Gabriel qui s’était adressé à elle pour lui présenter à nouveau des excuses.

- Le mal de tête va finir par passer. C’est ce qu’il se passe quand on utilise trop la magie sans y être habitué. Répondit Angel sans prêter attention aux excuses du jeune homme.

Sentant un picotement sur son visage, Angel y passa sa main et sentit une entaille profonde le long de sa joue. C’était une chose assez inhabituelle, car en temps normal, quelques secondes suffisaient à ce que la moindre de ses blessures cicatrisent. Repensant aux paroles de Dante, elle passa sa main sur le pendentif qui ne la quittait plus depuis son retour d’Italie. Il l’avait prévenu que la magie contenue dans ce pendentif, risquait de ralentir son métabolisme de Vampire, et c’est ce qui venait expliquer pourquoi sa blessure ne semblait pas vouloir guérir. Peut être en aurai-elle pour plusieurs heures au lieu de quelques secondes… Quoi qu’il en soit, Angel allait sans doute devoir se montrer plus prudente dans l’avenir, car la moindre blessure dangereuse pourrait alors s’avérer fatal.

Concentrant ses pensée sur autre chose, Angel s’appuya contre l’un des murs de la crypte, à l’opposée de Gabriel et repensa à ce qu’il venait de se passer. Le jeune homme était en train de devenir un Sorcier à part entier et ses pouvoirs allaient probablement se développer de plus en plus. Angel ressentait encore cette magie qu’elle avait sentit l’envahir quelques instants plus tôt, alors qu’ils étaient dehors. Gabriel avait beau être un jeune Sorcier, il n’en demeurait pas moins doué. Angel comprenait à présent pourquoi il était visé par la prophétie. Il possédait des pouvoirs extrêmement puissant, bien qu’il ne les contrôle pas encore parfaitement, et son âme demeurait innocente.

- Télékinésie et Empathie ? Finit par demander Angel, brisant le silence qui s’était installé.

Jamais encore ils n’avaient vraiment parlé de magie. Leurs conversations s’étaient toujours plus au moins portées sur les Vampires, mais jamais encore ils n’avaient parlé de la magie ni même de la variété de dons propres à chaque Sorciers.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mar 19 Juil - 8:45

Fatigué, Gabriel laissa un instant son mal de crâne prendre le dessus sur ses pensées. C'était un marteau qui frappait ses tempes, plus fort que jamais. Visiblement, c'était la première fois qu'il utilisait autant la magie, de manière inédite. Dans le feu de l'action, il s'était surpassé. N'importe qui serait heureux pour ces exploits, mais lui se félicitait seulement d'être encore en un morceau. Ce n'est qu'après quelques minutes qu'il fit le bilan de ses prouesses. Cela ne faisait que quelques mois que Gabriel possédait ces pouvoirs, et pourtant il semblait plutôt bien s'en sortir. Sur fond d'inquiétude, il se demandait comment cela allait évoluer, et comment l allait le gérer. Il prit une longue inspiration. Peu à peu, il se sentait mieux. Un frisson remonta son échine, signe que l'adrénaline descendait. Cette constatation n'était pas pour lui déplaire. Il savait qu'il n'aurait pas fait long feu, pas plus longtemps. Il s'en était sorti de justesse. Néanmoins, il n'avait aucune garantie que cela allait être la dernière fois qu'il allait les croiser. D'ailleurs, il n'avait aucune idée d'où était passé Seth ; il l'avait perdu de vue après l'avoir assommé avec la stèle d'Angel. Sur le coup, il s'était dit qu'elle n'allait pas lui en vouloir. Après tout, elle était bien vivante, elle n'avait pas besoin de son nom gravé sur une pierre.
Quelle idée avait-il eu d'aller chercher des puces à ce groupe de Vampires, franchement. C'était stupide, et plus d'une fois il se disait que si Alyce était au courant, elle préférerait le séquestrer dans son grenier plutôt que de le laisser continuer. Mais il se consolait en se répétant que cela lui vallait plus de bien que de mal jusque là : il évoluait, il se renforçait, il en oubliait parfois complètement les morsures qui pourraient encore l'attirer, et il était toujours vivant pour le moment. Ceci n'était qu'un incident de parcours.

A nouveau, Gabriel emplit ses poumons d'air, les yeux fermés. Ce n'est qu'alors il sentit que l'air était âpre, sec, comme dénué d'oxygène. Un air que l'on pouvait inspirer sans pour autant avoir réellement l'impression de respirer. Oui, c'est vrai, ils étaient dans une crypte. Un détail qu'il avait oublié l'espace d'un instant. Il réalisa qu'il était assis par terre, contre un mur, dans la poussière et sûrement parmi un tas de cadavres d'insectes. Il remettait les pieds sur terre en fait. Et alors qu'il relevait la tête, il observa rapidement ce qui l'entourait ; différents genres de tombes, de toutes époques, un tas de noms, des statuettes couvertes par une poussière dont il ne voulait pas connaître la provenance. La crypte était plongée dans un espace doré grâce à la torche qu'avait allumée Angel. Au moins, les lieux semblaient moins lugubres. Les toiles d'araignées brillaient un peu partout. Quelques ombres étranges se décrochaient des murs et dansaient avec les flammes. Des bruissements laissaient deviner la présence d'un nombre inimaginable d'insectes qui avaient fait de cet endroit leur paradis et leur nid d'amour. Un courant d'air froid dévalait l'escalier et traversait la pièce dans un murmure. Du reste, la mort. Dans l'air, encrée dans le silence, dans les pierres, inspirant la présence de chaque particule de poussière. Gabriel s'imaginait que dans ces tombes, derrière ces murs, se trouvaient des corps, ou ce qui jadis étaient censés être des corps, il s'imaginait des éternels sourires sans lèvres, des regards aux orbites vides. Leur seule présence hantait les lieux. Gabriel était mal à l'aise. Il avait encore peur de la mort. De la sienne, ou de celle des autres. C'était un ennemi qu'il n'était pas pressé d'affronter.

La voix d'Angel brisa le silence. Mais Gabriel ne lui répondit pas. Il acquiesça d'un rapide signe de tête, sans émettre le moindre son. Empathie et télékinésie. Deux domaines dans lesquels il se débrouillait le mieux. Les seuls qu'il eut osé expérimenter à vrai dire. Mais avec raison : la palette d'actions possibles par le biais de l'esprit seul était impressionnante. Ce soir, il avait constaté les effets sur les corps humains, autant que sur la poussière. C'était fascinant. L'empathie, par contre, était une chose qu'il maîtrisait moins. Il sondait les esprits lui-même la plupart du temps, mais parfois les émotions trop fortes ou frustrées se jetaient sur lui d'elles-mêmes afin d'enfin s'exprimer. Dans le pire des cas, comme cela s'était parfois passé durant les premières semaines, il se retrouvait submergé. Cela lui donnait l'impression qu'il allait exploser. Heureusement, cela arrivait de moins en moins. Il apprenait peu à peu à prendre de la distance avec des émotions qu'il croisait, quitte à les ignorer, et parfois même à ne plus les sentir du tout. Chose bien utile à cet instant. Il n'aurait pas supporté de sentir à nouveau le vide du cœur d'Angel, c'était une torture. Néanmoins, l'ignorer n'allait pas le faire disparaître, il le savait bien. Cela le désespérait. Que pouvait-il faire ? Rien, il était désemparé. Cette optique s'ajoutait à son désespoir, mêlé à la colère qu'il avait contre lui-même. Et contre elle qui, après tout ça, malgré tout ça, lui parlait avec la neutralité la plus totale. Non, il ne supportait pas son indifférence, son impassibilité. C'était trop dur à encaisser.
Il l'observait, plein d'incompréhension et de colère. Pourquoi lui faisait-elle ça ? Par vengeance ? Peine ? Pourquoi avait-il l'impression de fixer une inconnue ?

« Qu'est-ce qui t'es arrivé ? »

Il se leva, la toisant, et fit un pas vers elle.

« Explique moi. Où étais-tu passée ? Hein ? Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Pas la moindre expression sur son visage, cela le rendait fou. Il serrait les poings en faisant le tour de la pièce, essayant de calmer cette colère bien plus tournée vers lui-même que vers elle. N'étais-ce pas lui qui avait décidé de rompre avec elle ? N'avait-il pas tourné les talons de son propre chef ? Il avait préféré la laisser, et se voir abandonné à son tour le rendait malade. Pire que ça, il se sentait trahi ; elle avait choisi de ne plus rien ressentir, pour lui ou qui que ce soit d'autre, elle avait opté pour la facilité d'une vie sans plus de peine, plutôt que de continuer à se battre. Elle avait baissé les bras, elle lui tournait le dos. Et il n'arrivait pas à taire cette rage lorsqu'il pensait qu'il avait face à lui une carcasse vide de toute émotion, à cause de lui.

« Merde, tu dois me dire, Angel ! Pourquoi tu es si changée, pourquoi... »

Soudainement, il la prit par les épaules, les yeux débordants de rage. Il n'avait pas pu tout gâcher à ce point...

« Pourquoi, Angel ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ?! Pourquoi il n'y a plus la moindre émotion en toi ?! Réponds ! »

Même si c'était pour l'accuser, pour l'accabler de reproches, Gabriel voulait qu'Angel lui réponde, dans l'espoir qu'au moins la rancœur ponctuera ses phrases. Mais puisqu'elle ne ressentait rien, elle n'allait sûrement pas lui tenir rigueur de cet excès de colère, pensait-il en rageant intérieurement. Cherchant une once d'émotion, un rictus, un rien, son regard sombre se posa sur la coupure qui entaillait la joue de la jeune femme. Une blessure encore ouverte, une chose anormale. Presque à nouveau calme, Gabriel frôla la plaie du bout du pouce.

« Qu'est-ce que... »

En quelques secondes, la situation bascula. A nouveau parfaitement maître de ses émotions,Gabriel observa, interrogateur, la blessure. Puis, son regard glissa de sa joue au creux de son cou, en suivant la courbe dans toute sa perfection, jusqu'à s'arrêter au bijou qui l'encerclait. Sa main effectua ce même parcours. Il admira le pendentif au ceux de sa main, qu'une étrange chaleur brûlait. Gabriel n'avait encore jamais croisé de magie noire, mais quelque chose lui disait que cette sensation était anormale. Une intuition lui faisait fixer ce bijou.
Il releva les yeux jusqu'à croiser les iris bleus d'Angel. Du regard, il lui demandait s'il avait raison, si ce collier avait quelque chose à voir là dedans. Mais il n'eut pas le temps d'avoir sa réponse.

Une ombre s'était dressée derrière lui. Une soudaine douleur fit hurler le jeune homme. Une lame froide s'était enfoncée dans sa peau, il la sentait lui brûler la chair. Il lui semblait que la douleur provenait du bas côté gauche, mais elle s'était si vite propagée au reste de son corps qu'il n'en savait plus rien. Raidit, il était même incapable de se tourner pour voir qui était son agresseur. Un lâche qui le prenait en traître, il pensa immédiatement à Seth, que cette attaque était digne de lui. La vengeance rend peureux.
Dans un court instant de lucidité, Gabriel plongea son regard dans celui d'Angel. Sa main se referma sur le collier tandis qu'il tombait inconscient. Dans la chute, le bijou céda. Les paupières de Gabriel se scellèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mer 20 Juil - 20:19

Pour la première fois depuis qu’elle connaissait Gabriel, Angel ne ressentait aucune joie à le voir. Jusqu’à ce qu’elle acquiert, avec l’aide de Dante, ce pendentif qui à présent venait habiller son décolleté, la jeune femme avait toujours éprouvait un plaisir sincère à voir le jeune homme. Encore plus depuis qu’elle avait réalisé à quel point elle l’aimait. Seulement, à présent que ses sentiments étaient réduits à néant, Angel ne ressentait plus la moindre émotion. Elle aurait très bien pu ne pas le revoir pendant des années qu’elle n’aurait éprouvé aucun manque. C’était là le signe évident que la magie noir à laquelle elle avait fait appel, lors de son voyage en Italie, fonctionnait bel et bien. Elle était parvenu à son but, et si elle avait du refaire son choix, elle aurait probablement fait le même. Oui, Angel ne regrettait rien, puisque de toute façon le regret était un sentiment qu’elle était totalement incapable de ressentir. Ni joie, ni peine, elle restait sereine, libérée de toute émotion, même si pour se débarrasser du pire elle avait dû renoncer au meilleur. L’espace de quelques semaines, elle s’était permise de rêver, mais la réalité avait eut vite fait de la rattraper. Le bonheur était une notion lui restant totalement inaccessible, sa nature de Vampire et le monde auquel elle appartenait le lui interdisait. En renonçant à la totalité de ses émotions, Angel se libérait de cette peine immense qu’était de renoncer éternellement à la moindre forme de bonheur. Finalement c’était un mal pour un bien, mais surtout la seule et unique solution pour parvenir à survivre. Supporter le poids du remord était devenu bien trop difficile, surtout après avoir passé 600 ans sans rien éprouver. Du jour au lendemain, Gabriel était entré dans sa vie, venant tout bousculer. A ses côtés elle ressentait cette profonde culpabilité qui ne cessait de la ronger. Elle s’en voulait d’être la source d’une guerre entre les Vampires et les Sorciers, elle s’en voulait d’avoir fait souffrir Devon, elle s’en voulait d’avoir mêlé Gabriel à tout ceci, elle s’en voulait tout simplement d’avoir plongé dans la magie noire… D’avoir créé le premier Vampire… Parfois elle s’en voulait d’exister…

Perdue dans le fil de ses pensées, Angel réflechissait à quel pourrait être les suites éventuelles de cette mauvaise rencontre qu’ils venaient de faire avec Gabriel. Seth était tellement en colère que son idée de vengeance ne le quitterait probablement pas, ou tout du moins pas tant qu’il n’aurait pas tué Gabriel. Il était à prévoir qu’il reviendrait rapidement à la charge et le jeune homme était toujours en danger, et ce malgré le fait qu’il maîtrise de puissants sortilèges. Angel n’avait beau ne plus rien ressentir, veiller sur Gabriel était une chose qu’elle n’arrêterait jamais de faire. Elle lui avait fait une promesse, celle de trouver un moyen de le sauver de cette prophétie, et malgré les derniers évènements, elle ne comptait pas manquer à cette promesse.

Un profond silence s’était à nouveau installé dans la petite crypte ou ils avaient trouvé refuge. Gabriel semblait avoir quelque peu retrouvait ses esprits, mais son regard emprunt de la plus grande incompréhension, faisait clairement comprendre à Angel qui se posait tout un tas de question à son sujet. Nulle magie n’était nécessaire pour deviner les diverses interrogations qui devaient passer dans son esprit. Son empathie lui permettait de ressentir le moindre des sentiments qu’Angel ressentait. Hors elle ne ressentait absolument rien, le néant total. Le jeune homme était toujours assis par terre, sous le regard d’Angel qui l’observait en silence. Il semblait hésiter, perdu dans le tourbillon tumultueux qui semblait régner au sein de son esprit. Allait-il se jeter à l’eau et lui poser toutes ses questions qui lui brûlaient les lèvres ? Si Angel avait eu à choisir, elle aurait préféré qu’il se taise, qu’il ne demande rien. Le choix qu’elle avait fait, elle ne désirait pas en parler. Elle l’avait fait en toute connaissance de cause et elle voulait que Gabriel reste en dehors de tout ceci. Malheureusement, il ne semblait pas partager cet avis là, car la première question franchie la bouche de Gabriel. Angel le regarda, mais garda le silence. Sans qu’elle ne soit étonnée, une seconde question fut posée. Qu’il désire des explications n’avait rien d’étonnant, et bien au contraire, c’était légitime. Seulement, Angel garda encore une fois le silence. Prisonnière de son mutisme, elle refusait de lui dire quoi que ce soit. C’était son choix, sa vie, et il n’avait rien à redire. Il l’avait quitté, elle avait respecté son choix. En lui tournant le dos, il avait perdu le droit d’attendre quoi que ce soit d’elle. Il l’avait laissé tomber et désormais aucun retour en arrière n’était possible.

A présent debout, Gabriel fit le tour de la pièce, une expression de colère figée sur son visage. Angel le fixa du regard sans ciller. Elle pouvait sentir le jeune homme tenter de déceler la moindre trace d’émotion en elle, mais encore une fois ce fut en vain. Gabriel semblait de plus en plus en colère et les questions continuèrent de franchir les lèvres de Gabriel. Angel garda le silence… Rien de ce qu’elle aurait pu lui dire ne l’aurait calmé et de toute façon elle n’avait pas la moindre attention de lui dire quoi que ce soit. Ce qui lui était arrivé ne regardait qu’elle, à présent il n’était plus concerné. Malheureusement, Gabriel n’était absolument du même avis. En colère, il l’attrapa par les épaules avant de lui demander de façon clair et précise, pourquoi elle ne ressentait plus rien du tout. Que répondre à ça ? Désolée Gabriel mais j’ai décidé d’utiliser la magie noir pour me débarrasser des émotions que je ressens quand je suis avec toi ? Du coup je suis partie plusieurs mois en Italie pour y trouver l’aide d’un vieil ami ? A et puis c’est le pendentif que je porte qui me permet de ne plus rien ressentir en ta présence, d’ailleurs sa magie alterne ma capacité à me régénérer donc mieux vaut pas penser à ce qu’il se passerait si jamais j’étais mortellement blessée ? Non, Angel comptait ne rien lui dire de tout ceci. La réaction de Gabriel aurait été bien trop prévisible, et là il était tout simplement hors de question qu’elle le laisse tenter de remédier au choix qu’elle avait fait. C’était sa décision à elle.

Angel noya son regard dans celui de Gabriel. Elle se souvenait du nombre incalculable de fois ou elle s’y était perdue, corps et âme. Ce regard qu’elle connaissait si bien, qui parvenait à la faire frissonner rien qu’en se posant sur elle, ne lui faisait plus rien. Il la laissait de marbre… La main de Gabriel vint alors se poser sur sa joue, là ou une vilaine entaille ne semblait pas vouloir partir. Il comprit aussitôt que quelque chose n’allait pas, que c’était tout simplement illogique que cette plaie n’ait pas déjà cicatrisé. Angel le regarda sans rien dire, observant ses réactions. La main du jeune homme se posa finalement sur le pendentif qu’elle portait autour de son cou, focalisant ainsi toute l’attention d’Angel sur la main tenant le bijou en question. Le regard de Gabriel trahissait les questions nouvelles qu’il se posait. Finalement, il releva la tête et Angel comprit qu’il se doutait de quelque chose. Son regard était emplit de doute et de questions. Pour Angel, s’était le moment de mettre un terme à tout ceci, de prendre ses distances, seulement une chose qu’elle n’avait pas prévue se produisit sans qu’elle n’ait le temps de faire quoi que ce soit.

Le regard de Gabriel se figea, et son cri de douleur fut la sonnette d’alarme pour Angel qui réalisa se qu’il venait de se produire sous ses yeux et sans qu’elle ne voit quoi que ce soit arriver. Se fichant de la présence de Seth, Angel ne quitta pas Gabriel du regard. Bizarrement, elle avait l’étrange impression que tout se passait dans une lenteur hors du commun, comme si la scène était passée au ralenti. Gabriel s’accrocha alors au collier d’Angel, avant de commencer à tomber en arrière, cassant la chaine qu’il emporta avec lui. D’une dextérité propre au Vampire, la jeune femme rattrapa Gabriel avant qu’il ne vienne heurter le sol. En douceur, elle déposa sa tête sur ses genoux avant de porter sa main sur la plaie pleine de sang. Située au niveau de l’abdomen, elle semblait profonde…

- Gabriel ! Je t’en prie, ne t’endors pas ! Restes éveillé !

Angel appuya sur la blessure de Gabriel, tentant d’arrêter le saignement. A présent elle était de nouveau seul avec lui, Seth avait mis les voiles vu qu’il avait eu ce qu’il désirait, mais pour Angel il était hors de question que tout s’arrête ici. Un sentiment de rage, mêler à une peur profonde, venaient tirailler ses entrailles. C’est alors qu’elle réalisa qu’en tombant, Gabriel avait emporté avec lui le pendentif qui la protégeait de ces émotions qu’elle ressentait qu’en sa présence à lui. Ce dernier était dans la main du jeune homme dont les paupières étaient clauses. Angel prit alors une décision, celle de sauver Gabriel, et sans attendre une seconde de plus, elle s’entailla le poignet à l’aide des parois coupantes de la crypte, puis approcha son avant bras du visage de Gabriel.

- Bois Gabriel, je t’en prie…

Angel fit couler son sang à travers les lèvres légèrement entrouvertes de Gabriel. A présent c’était le seul moyen de le sauver. En buvant son sang il avait une petite chance de survivre tout en restant Humain. Quelques minutes semblant être une éternité, passèrent, et Angel éloigna son bras du visage de Gabriel. Ce dernier semblait plongé dans un profond sommeil… Terrifiée à l’idée de le perdre, Angel s’appuya contre le mur, serrant Gabriel contre elle. Elle passa délicatement une main dans les cheveux du jeune homme. A présent il fallait attendre que son sang fasse effet, qu’il cicatrise la blessure de Gabriel, en espérant qu’il ne soit pas trop tard.

- Restes avec moi… Lui chuchota-t-elle à l’oreille.

Des larmes vinrent inonder le visage d’Angel. Elle pleurait par peur de le perdre encore une fois, pour la souffrance accumulée depuis ces derniers mois, mais surtout parce qu’elle l’aimait et que l’idée de le voir mourir ici, dans ses bras, lui était tout simplement insupportable….

- Je t’en prie Gabriel… M’abandonnes pas… Pas cette fois… Pas comme ça…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Jeu 21 Juil - 11:01

Le temps est une chose singulière. Il est des moments que l'on voudrait voir durer, encore et encore, et qui sont bien trop courts. Les après-midi en tête à tête, les grasses matinées, sont de ceux-là. D'autres dont on apprécie la rapidité. Puis il y a les moments qui passent si lentement, pour notre plus grand désespoir. Des réunions qui s'éternisent. Des silences pesants... Pour finir, il existe des moments comme ceux-ci, étranges, dont on sait que les événements passent à une vitesse folle, et pourtant, c'était comme si la Terre avait cessé de tourner.

Gabriel sentait son corps tomber, sans qu'il ne puisse rien y faire pour se rattraper. Néanmoins, sa chute lui sembla durer une éternité. Jusqu'à ce qu'il sente qu'on le rattrapait, juste à temps, avant que sa tête heurte le sol. Un long moment, il sentit le vide l'entourer, ses membres flotter. Cela ressemblait à ce moment où l'on se laisse remonter depuis le fond de la piscine, lâchant toute prise, jusqu'à la surface. Un moment de relâchement, de liberté. Bizarrement, cette sensation n'était pas déplaisante. Ce fut le seul moment où la douleur précédemment apparue s'envola. Mais peut-être étais-ce parce qu'il était uniquement concentré sur le fait qu'il ne devait pas perdre connaissance. Il aurait aimé se dire que c'était plus de peur que de mal, il aurait mille fois mieux préféré avoir l'air idiot de paniquer pour trois fois rien, mais il savait que c'était faux. Car à peine la pesanteur reprit le dessus sur son corps qu'il put à nouveau apprécier la gravité de sa blessure.
Son corps entier s'était raidit, en proie à un froid brûlant qui faisait trembler ses membres de temps à autre. Quoi que ses yeux s'étaient fermés, il serrait les dents, seul moyen de ne pas lâcher prise, et de gérer le mal. Respirer lui était douloureux, mais là dessus aussi, il devait se concentrer. A chaque inspiration, il avait l'impression que son dos était traversé de haut en bas par cette lame qui l'avait eu en traître. A chaque expiration, il pouvait sentir le flux de son sang s'échapper de son corps. Une flaque rouge s'était formée à côté de lui. Elle grandissait, petit à petit, subtilement, à chaque seconde qui passait. La main qui tenait le pendentif s'y baignait en plein milieu.
Un gémissement de douleur lui échappa lorsque la main d'Angel se logea contre la plaie, ce qui était plutôt bon signe ; il était encore éveillé et conscient. Assez pour haïr Seth, et haïr cette douleur qu'il lui était impossible de taire, impossible d'atteindre. Il souffrait d'autant plus maintenant que l'on appuyait sur la blessure, mais il savait qu'il valait mieux cela plutôt que de se vider de son sang. Il préférait savoir le liquide vital coincé dans ses veines plutôt que répandu sur le sol, quitte à avoir mal. Lorsqu'il faut lutter pour sa vie, on se découvre une volonté de fer.
Lorsque respirer devenait trop douloureux, le jeune homme se forçait à tousser. Il faisait tout pour rester éveillé. Il se raccrochait à cette voix lointaine, à ses mots lui demandant de ne pas s'endormir. La voix d'Angel. Elle était là... Normalement, l'esprit de Gabriel se serait déjà laissé allé dans un tas de réflexions et de questions, mais à cet instant, il en était incapable. Pourquoi était-elle encore là ? Pourquoi était-elle si inquiète ? Pourquoi ressentait-elle quelque chose désormais ? Merde, fallait-il qu'il meurt pour qu'elle veuille à nouveau recouvrir des émotions ? Il n'en avait rien à faire, il s'en fichait éperdument. Elle était seulement là, c'était tout ce qu'il voulait savoir. Ses pensées lui échappaient ; un tas de choses idiotes, sans importance, lui passaient par la tête. Un moment, il se disait même qu'il était dommage qu'il souffre autant, que cela l'empêchait d'apprécier l'ironie de cet instant ; se faire tuer dans une crypte. Toutes ces idées saugrenues ne dansaient autour d'une seule et même pensée : rester éveillé.

Du bout de ses lèvres, légèrement entrouvertes, Gabriel sentit une caresse humide. Elle glissa le long de la fente, jusqu'à commissure, de là où elle glissa jusqu'à sa bouche. Immédiatement, le jeune homme reconnut le goût du sang. Un goût âpre qui referma sa gorge. Il se mit à tousser, comme pour le rejeter, pris de panique, et tourna la tête. Hors de question qu'on lui fasse ingérer du sang, pensait-il. Son esprit, incapable de faire le rapprochement entre ce sang et sa propre vie, s'arrêtait au simple fait qu'au grand jamais il ne touchera à ça. Il ne réalisait pas que c'était sûrement le seul moyen de sortir vivant de cette crypte. Pourquoi voulait-elle lui faire boire ça ? Il l'entendait insister, au loin, sans comprendre le sens de cette démarche. Néanmoins, il fut bien obligé de céder. Il gâchait ses forces à les user pour se débattre, or, il ne pouvait pas se le permettre. De toute manière il était incapable de bouger plus que la tête, et tousser lui faisait perdre plus de sang. Il se résigna. Il ne pouvait pas faire autrement. Il ne se sentait plus en position de résister.

A vrai dire, Gabriel sentait ses membres lâcher prise peu à peu. Plus ce courant d'air glacé le traversait et gagnait du terrain, plus son esprit s'embrumait. Il remarqua qu'il ne sentait plus ses jambes, qu'elles n'étaient plus que deux masses molles et pesantes. Cette impression gagna le reste de son corps en une poignée de secondes, bien plus rapidement qu'il ne l'aurait voulu. C'était l'un de ces moments qui passent trop vite, frustrants, incontrôlables. On ne peut rien faire pour rattraper les secondes qui s'écoulent comme de l'eau à travers nos doigts. Quand il notait que ses mains étaient dans le même état, il en était déjà le cas de ses bras, puis de ses épaules. Il en oubliait que ses jambes avaient existé, il y a de cela quelques instants à peine. Au final, sa tête se relâcha. Plus aucune sensation ne le parcourait désormais, si ce n'est toujours la douleur lorsqu'il respirait. Oui, au moins, il respirait profondément, et il se savait enveloppé dans les bras d'Angel. Il ne sentait plus sa chaleur, il ne remarqua pas sa main qui glissait dans ses cheveux, et c'était à peine s'il discernait sa voix. Il savait seulement qu'elle était là. Du reste, pour lui, le temps s'était arrêté.

Le temps resta en suspend un instant. Un long moment. Ou plutôt, pendant un de ces moments terriblement courts, mais qui semblent s'éterniser. Un silence pesant. Puis, une étrange chaleur le brûla, sa blessure était comme enflammée. Le brasier eut bien vite envahit la totalité du corps de Gabriel qui retrouva chacun de ses membres engourdis, alourdis, et douloureux. Pourtant, il ne bougeait pas. Il était encore incapable d'ouvrir les yeux. A croire que le plus dur pour lui était d'éclore ses paupières. Il se retrouva ses sens un à un ; il sentit le liquide autour de sa main, le pendentif encore prisonnier de sa paume, l'odeur du sang irrita ses narines, son goût était encore présent dans sa bouche. Peu à peu, les murmures d'Angel se firent entendre, de plus en plus distinctement. L'esquisse d'un sourire se devinait sur les lèvres du jeune homme qui avait entrouvert les paupières, assez pour discerner des ombres dans l'océan doré qui l'éblouissait.

« Pas cette fois. Et pas une prochaine. » fit-il pour lui indiquer son réveil.

Il avait l'impression d'avoir dormi toute une semaine.
Il toussa à nouveau, comme pour être sûr que ses poumons se trouvaient encore là. Il fut surprit de constater que cela ne le faisait plus souffrir. Du bout de la langue, il humidifia ses lèvres sèches. Toujours le goût du sang lui retournait l'estomac.

« T'as jamais pensé au bisou magique ? »

Son sourire s'étira encore plus. Non sans peine, il bougea son bras jusqu'à ce qu'il puisse poser sa main sur la tête d'Angel, mêlant ses doigts à ses cheveux. Enfin, son regard réussit à se poser sur elle, et trouva immédiatement refuge dans ses iris bleus.
Le collier, encore prisonnier de cette main, pendait à côté du visage de la jeune femme. Il l'observa rapidement et finalement, le lui tendit.

« C'est à toi. »

Une goutte de sang glissait le long de la chaîne dorée, jusqu'à la pierre où elle hésita à couler, tâchant tout ceci de rouge après son passage. Finalement, elle tomba, et vint se mourir sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Dim 7 Aoû - 14:09

Tout était devenu tellement plus simple depuis qu’Angel avait fait le choix de renoncer à la totalité de ses émotions…En portant ce médaillon, elle s’était protégée de la seule personne capable de la rendre autant heureuse que malheureuse. Pour ne plus devoir supporter le pire, elle avait renoncé au meilleur… En voyant ça, beaucoup aurait dit que c’était de la lâcheté, de la peur, et que pour ne pas affronter les difficultés auxquelles elle devait faire face, elle fuyait, tout simplement… Ce point de vu n’était pas discutable, pas même aux yeux d’Angel qui savait parfaitement que c’était là, la simple vérité. Elle avait fuit devant la douleur, elle s’était volontairement éloigné de Gabriel qui lui avait tourné le dos quelques mois plus tôt. Il avait fait le choix de la laissé tomber, elle l’avait compris et avait finalement tiré un trait sur ce court bonheur vécu aux côté du jeune homme. Elle avait renoncé, pour la première fois en 600 ans d’existence. Un simple Humain était parvenu à lui faire perdre tout espoir, ou tout du moins il l’avait ramené sur terre après lui avoir fait gouter au bonheur. Qu’était le plus difficile ? Ne jamais connaître le bonheur ? Ou bien le vivre pour finalement le perdre ? Angel ignorait lequel des deux choix était le plus facile à vivre mais elle avait le sien en faisant appel une nouvelle fois à la magie noir. Cette dernière, bien que dangereuse, l’avait libérée d’un poids devenu trop lourd à supporter. Le néant s’était emparé d’Angel qui à présent ne ressentait absolument plus rien, même en présence de Gabriel.
Ce résultat, Angel l’avait obtenu après des semaines de travail acharné auprès de son ami Dante en Italie. Des heures de concentration, à aller toujours plus loin pour finalement maîtriser une source de magie noir très peu utilisée. Tous ces efforts s’étaient finalement concrétisés, et depuis, Angel ne quittait plus le petit médaillon ornant son cou et la protégeant de toute forme d’émotion. Petit médaillon qui à présent se trouvait au creux des mains de Gabriel, allongé dans les bras d’Angel…
Une fois de plus, la situation avait dérapé de façon soudaine, sans qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit. Seth était revenu achever son travail, et à présent la jeune femme tenait Gabriel dans ses bras, priant intérieurement pour qu’il ne l’abandonne pas une nouvelle fois… Elle était terrifiée à l’idée de le perdre, là, dans ce lieu froid et sans avoir pu faire quoi que ce soit pour empêcher une telle chose… Elle lui avait donné son sang, et la seule chose à faire était d’attendre… Angel se retrouvait seule avec une foule de sentiments revenus à la charge, lui rappelant les raisons pour lesquelles elle y avait renoncé. Le chagrin et la peur à l’idée de le perdre… La colère si longtemps mise de côté durant ces six derniers mois… La haine à l’encontre de Seth qui avait osé s’attaqué aussi lâchement à Gabriel… Puis finalement, elle retrouvait cet amour qu’elle ressentait pour le jeune homme… Des sentiments tellement forts et tellement contradictoires à la fois… Angel en était décontenancé… Mais à cet instant, le sentiment qui venait dominer les autres, était cette peur insupportable que ressentait la jeune femme à l’idée d’entendre le cœur de Gabriel s’arrêter à tout jamais. Les yeux fermés, elle le serrait contre lui, se fiant au doux rythme des battements de son cœur, bien trop faibles… A présent qu’il était devenu un Sorcier à par entière, le transformer était devenu une hypothèse bien trop risquée et qui le conduirait sans doute à la mort dans d’atroces souffrances… La seule chose à faire, était d’attendre en priant que le sang d’Angel suffirait à le soigner, à le sauver…

Le temps s’écoulait avec une lenteur pouvant passer pour la pire des tortures aux yeux d’Angel. Attendre lui était incroyablement difficile et plus les minutes défilaient, plus elle sentait le cœur de Gabriel devenir de plus en plus faible. Que se passerait-il s’il venait à mourir ? Angel balaya cette sombre pensée de son esprit, faisant possible pour garder espoir. L’espoir… un sentiment qu’elle était en train de découvrir à nouveau… La barrière invisible la protégeant de toute émotion s’était brisée, emportée dans la chute de Gabriel. Désormais, elle ne désirait plus qu’une seule et unique chose, qu’il se réveille quitte à ce qu’il continue de lui crier dessus comme il le faisait un instant plus tôt, avant que tout bascule. Bon Dieu qu’elle avait envie de revoir son regard dans lequel elle se perdait si souvent…. D’entendre sa voix lui murmurait à quel point il pouvait tenir à elle… Et cette petite fossette au creux de son menton… Les yeux fermés, Angel revoyait chaque détail du visage de Gabriel dans son esprit. Dans un dernier élan de désespoir, Angel se surprit à promettre dans son subconscient, à qui pourrait bien l’entendre, qu’en échange de la vie sauve du jeune homme, elle était prête à ne plus jamais porter se fichu collier se trouvant à présent dans la main de Gabriel…

Perdue dans le fil de ses pensées, une chose sortit Angel de son profond mutisme. La jeune femme ouvrit les yeux et regarda le visage de Gabriel. Quelque chose était en train de changer, elle pouvait le sentir, l’entendre… Les battements de cœur du jeune homme, pourtant de plus en plus lents, devenaient petit à petit plus rapide. C’était minime mais suffisant pour qu’Angel puisse le remarquer. La jeune femme se redressa, serrant davantage le jeune homme contre lui. Ce petit signe venait de ranimer la petite flamme d’espoir subsistant chez Angel qui ne cessait de le regarder. Il reprenait des couleurs, sa pâleur presque morbide disparaissait peu à peu et finalement, l’ombre d’un sourire vint s’esquisser sur son visage. Les paupières du jeune homme commencèrent à s’entrouvrirent et Angel se pencha davantage vers lui. La réponse de Gabriel fit quelque peu sourire la jeune femme qui sentit des larmes de soulagement couler le long de ses joues.

- Tu me le promets ?

Gabriel venait d’échapper à la mort, et pourtant il restait égal à lui-même surprenant toujours davantage Angel qui ne put s’empêcher de sourire en entendant le jeune homme lui parler du bisou magique. Elle se sentait profondément soulagée, ses craintes venaient de s’envoler tout comme elle avait oublié l’existence même du collier que tenait toujours Gabriel dans sa main.

- Comment j’ai pu ne pas penser au célèbre bisou magique… Je suis sûre qu’il aurait été tout de suite bien plus efficace ! Répondit Angel en souriant.

Angel ne cessait de regarder Gabriel, attendant que peu à peu il retrouve tous ses moyens. Son sang était en train de le guérir et petit à petit il allait retrouver toute sa mobilité, et tout redeviendrait comme avant, comme si personne n’avait faillit le tuer. Néanmoins, Gabriel ne semblait pas vouloir attendre, et non pas sans effort, il leva son bras jusqu’à atteindre la tête d’Angel qui se perdit une fois de plus dans le regard du jeune homme. Elle ne fit pas attention au pendentif se balançant tout près de son visage, seul Gabriel comptait, il était vivant et le restait était sans importance.

« C'est à toi. »

Le regard d’Angel se posa alors sur la chaine suspendu au bout des doigts de Gabriel. En silence, elle toucha le pendentif sans le prendre, repensant à cette promesse qu’elle s’était faite alors que le jeune homme était en train de mourir dans ses bras. A présent il était en vie… Angel éloigna sa main du bijou et reporta son attention sur Gabriel.

- Non… Répondit-elle en secouant légèrement la tête.

Choix difficile, mais le bonheur de savoir Gabriel hors de danger était plus fort que tout, même que cette envie qui n’avait de cesse de la tirailler, celle lui clamant que porter ce pendentif la protègerait. Finalement, elle enferma le collier dans la main du jeune homme qu’elle serra dans les siennes. Une étrange sensation de chaleur commença à apparaitre, suivit d’une douce lueur bleutée. Lorsqu’elle ouvrit la main de Gabriel, le collier avait disparut et une poussière dorée s’envola pour disparaître totalement.

- Il faut partir d’ici, c’est trop dangereux…

Angel évita de prononcer le nom de Seth, bien trop en colère contre lui pour venir gâcher le bonheur qu’elle ressentait de savoir Gabriel vivant. Sans plus attendre, elle se redressa, aidant Gabriel à en faire autant. Il n’avait pas retrouvé l’intégralité de ses forces, mais le sang de la jeune femme coulait à présent dans son corps, et sa guérison allait être dès plus rapide. Une fois debout, elle laissa un instant à Gabriel, qu’il retrouve sa mobilité avant de quitter cette crypte.

- Tu vas pouvoir marcher ? Demandant Angel sans lâcher le jeune homme et l’aidant ainsi à garder son équilibre.

La jeune femme se concentra un instant sur le moindre bruit qu’elle était en mesure de distinguer à l’extérieur de la crypte, et tout pensait à croire, que les Vampires avaient mis les voiles. C’était donc le moment idéal pour partir avant qu’ils ne reviennent en espérant admirer le résultat de leur travail.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
 
avatar



Invité






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Mar 9 Aoû - 14:58

A peine sorti de sa léthargie, Gabriel reprenait peu à peu ses esprits. Il n'était pas vraiment du genre à s'éterniser sur un sujet, quoi qu'à ce moment précis cela pouvait sembler étrange. Il y voyait à nouveau quelque chose ; mais pas n'importe quelle chose. Tout ce qu'il avait sous les, c'était le magnifique visage d'Angel. Sûrement n'avait-il jamais été aussi beau. Certes, ses pensées étaient niaises, son cerveau engourdi, il était avant tout heureux d'être encore en vie. Il s'en était fallu de peu pour que le dernier souvenir qu'il ai de sa vie mortelle ne soit qu'une violente dispute avec la femme qu'il aimait tant, son visage impassible et la douleur que cela lui infligeait. Comment aurait-il pu connaître la paix avec une telle vision avant la mort ? Alors oui, il était tellement heureux de la revoir, il se réjouissait presque de voir ces larmes inonder ses joues et rougir ses yeux, sentir sa peau chaude au creux de sa paume et pouvoir à nouveau caresser son visage ; cela avait été la première et seule chose qu'il avait désiré faire dès son réveil, et même si cela était encore douloureux, il avait le bras et posé sa main sur sa joue humide, essuyant quelques larmes au passage.

Dans son état normal, Gabriel s'en serait peut-être voulu de la voir dans cet état. Au fond, il se serait torturé l'esprit, se disant qu'il ne faisait que lui donner raison : être dénuée de tout sentiment était bien plus facile, son mascara n'aurait pas coulé. Avec lui, elle retrouvait des émotions, et parmi elles, inévitablement, la peine. Si elle l'aimait, elle allait forcément se faire du souci pour lui, d'autant plus maintenant qu'il avait ses pouvoirs, bien décidé à vivre dans le monde qui était le sien depuis toujours. Elle allait se faire un sang d'encre, peut-être allait-elle lui en vouloir, parfois tant et si bien que ces larmes déborderont à nouveau de ses magnifiques yeux bleus, et qu'elle en souffrirait. C'est ainsi, la souffrance fait partie de toute vie. Après six cent ans sans rien éprouver, elle l'avait sûrement oublié, et l'apprendre à nouveau était une claque, un choc. Le jeune homme pouvait comprendre son désarroi, mais pas le fait qu'elle puisse renoncer à ce qui faisait d'elle une personne encore un temps soit peu humaine. Pourtant, s'il était en état de réfléchir plus qu'il ne le faisait déjà, Gabriel s'en voudrait de la voir souffrir par sa faute. Mais quoi qu'il aurait pu penser, il n'aurait jamais refait la même erreur qu'il y a six mois ; désormais, il n'était même plus question de s'éloigner d'elle. Elle était son évidence.

Néanmoins, il ne pouvait lui imposer le moindre choix. Et bien qu'il voulait la garder près de lui désormais, si elle désirait récupérer le collier l'empêchant de recouvrir ses émotions il ne pouvait interférer dans son choix. Il était honnête, il n'allait pas maintenir ce bijou dans sa main et lui interdire d'y toucher jusqu'à la fin de ses jours ; autant la prendre en otage et se rabaisser au titre de fou qui lui collait à la peau depuis si longtemps. Il n'était pas temps de leur donner raison. Il aimait Angel, mais c'était justement la raison pour laquelle il devait lui laisser le choix. Il lui tendait donc le fameux pendentif tâché de son sang. Son cœur ne fit qu'un bond lorsqu'elle en approcha sa propre main ; il la voyait déjà le lui reprendre et l'enfiler autour de son cou, retrouvant ainsi l'impassibilité la plus totale, peut-être sans même se souvenir de la peine qu'elle aurait ressenti juste avant. Mais elle éloigna sa main, rejetant le collier. Quelques instants plus tard, une lumière bleue transformait le bijou en une poussière qui disparut dans l'air. Gabriel aurait pu cacher son soulagement s'il l'avait voulu. Mais uniquement s'il l'avait voulu ; or, un large sourire étirait ses lèvres blessées, et c'est avec ravissement qu'il observait les dernières paillettes brillantes s'éteindre loin d'eux.

Gabriel se releva avec l'aide d'Angel. Elle soulevait un point qu'il n'ignorait certainement pas ; le coin pouvait être encore dangereux. Il valait mieux partir, et le plus vite sera le mieux. S'appuyant sur ses genoux fléchis, il chercha à savoir s'il s'agissait bel et bien de ses orteils qu'il sentait au bout de ces masses engourdies qu'étaient ses pieds. En se redressant, il put sentir chacune de ses vertèbres craquer les unes à la suite des autres. Il ne s'imaginait pas devoir se lever pour ressentir ce genre de douleur chaque matin dans une trentaine d'années. Constant que son équilibre était à nouveau présent, Gabriel répondit à la question d'Angel ;

« Je crois oui. Droite, gauche, droite, gauche, et on recommence, c'est bien ça ? »

Une ironie qui masquait uniquement le mal aise qu'il avait à être encore dans cette crypte, et un brin de peur vis à vis de ce qui aurait pu se passer il n'y a pas quelques minutes, qu'il ne laissa apparaître qu'une fois qu'Angel lui tourna le dos et s'engagea dans l'escalier menant hors du sous-terrain. Il s'attardait enfin sur son état, tentant de mettre les mots sur ce qu'il ressentait à cet instant. Le goût du sang avait quitté sa bouche pour son plus grand soulagement. Il pouvait bouger chacun de ses doigts ; il était bien vivant, en entier. Étrangement, c'était comme si cette sensation était nouvelle a ses yeux, alors qu'il en avait toujours été ainsi. Il voyait qu'il tâchait son T-shirt en voulant essuyer ses mains pleines de sang dessus, il le sentait lui coller la peau. Il observa l'endroit où il avait été poignardé, le trou dans le tissus désormais rouge, imbibé de sang. Il passa la main sous le vêtement, non sans la crainte d'y retrouver une plaie ouverte, et pourtant, il sentit son estomac se nouer lorsqu'il constata qu'il ne trouvait pas la moindre blessure. Il voyait sa peau comme neuve, de ses propres yeux. S'y trouvait uniquement un peu de sang. Pourtant, il avait cette étrange impression d'un tiraillement à cet endroit de son corps, le souvenir de la blessure s'effaçant peu à peu sa disparition physique.
A ses pieds, une flaque de ce qui devrait se trouver dans ses veines. Sa chaussure droite s'y baignait maladroitement. Lorsqu'il leva le pied, quelques gouttes retombèrent au sol, non sans lui donner une horrible envie de vomir. Il fit quelques pas sur le côté, sur le sol on pouvait voir l'empreinte rouge de ses semelles. Un frisson le traversa, sûrement le froid pensait-il. Il prit une inspiration afin de retrouver ses moyens et se décida à quitter la crypte lui aussi. Il observa une dernière fois les lieux, se promettant de ne plus jamais y mettre un pied.

« J'arrive ! » dit-il afin de rassurer Angel qui devait déjà avoir rejoint la surface.

En se hâtant, il se dirigea vers l'escalier et monta les marches deux à deux. Un coup de poignet dans son dos en direction de la torche encore allumée créa un léger courant d'air qui l'éteignit. Enfin, il reconnut la surface à l'air frais qu'il pouvait y respirer. La brise du soir lui rappela à quel point il était vivant. La nuit était bien noire désormais.
Il retrouva Angel du regard et lui adressa un léger sourire. Finalement, il s'approcha d'elle sans crier gare, l'attrapa par la hanche et l'embrassa, comme jamais il ne l'avait fait, comme il aurait aimé le faire ces six derniers mois pour lui faire comprendre à quel point elle lui manquait. Il ajouta un baiser sur sa joue, bien plus discret.

Gabriel observa rapidement le cimetière. Conclusion ; il voulait le quitter sur le champ. Sans vraiment y réfléchir, il articula un : « J'ai besoin d'un café. » en hochant les épaules.
Revenir en haut Aller en bas

† Messages :
371
† Pouvoirs :
Pouvoir absolu


See Who I Am
• Âge de votre personnage: 10 000 ans
• Metier: Persécuteur des membres
• Votre Race : Maitre


MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   Jeu 26 Juil - 22:02

✖ Yeah !!! I'm fine !! ✖

u.c


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://highway-to-hell.frbb.net

 



Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Come break me Down • Angel & Gabriel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Come break me Down • Angel & Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  La Légende † :: ☜ The Obscure Forest ☞ :: ✖ Le cimetière-
Sauter vers: